17 / 20
04/05/2010
Artificial
UNITOPIA
 
UNITOPIA, groupe originaire d'Australie, s'est attiré une solide honorabilité (auprès de la presse progressive, je précise !) avec son 2ème double album The Garden en 2008 (faisant suite à More Than A Dream de 2005).
Artificial est donc tout logiquement le 3ème album de ce groupe formé par Mark TRUEACK (chant), Sean TIMMS (claviers / choeurs), Matt WILLIAMS (guitares / choeurs), Shaun DUNCAN (basse), Peter RAIDEL (saxo), Jamie JONES et Tim IRRGANG (batterie / percussions).

Ces 10 nouvelles compositions, s'enchaînant les unes aux autres, modèlent un concept album globalement basé sur un thème déjà moult fois traité par d'autres : l'intelligence artificielle où se vautre l'Homme dit moderne d'aujourd'hui. A la fois ou tour à tour Rock (Not Human Anymore et ses passages plus musclés), Rock Progressif ou bien encore Néo Progressif, Artificial nous absorbe irrésistiblement dans un canevas de mélodies finement élaborées, laissant apparaître des empreintes plus ou moins marquées de groupes comme YES (Rule Of 3's, Gone In The Blink Of An Eye), ALAN PARSON PROJECT, GENESIS, MARILLION mais aussi les BEATLES avec Nothing Last Forever (où Mark laisse plusieurs fois échapper un "come togheter" fidèle à l'original !). Au détour d'une ligne de chant, d'une mélodie, d'une ambiance, c'est un instantané (quoique presque anecdotique) qui nous ramène vers FISH, Peter GABRIEL, VULGAR UNICORN, PINK FLOYD ou PORCUPINE TREE. Le saxo amène un côté Jazzy (le popisant Artificial World, Tesla, Rules Of 3's, Gone In The....), gracieux et frais à la fois. UNITOPIA insère également des passages symphoniques (Reflections), y mêlant une courte touche classisante (The Power Of 3, acoquinement d'un Pierre et Le Loup de PROKOFIEV et d'une bande originale de film). Le groupe ménage aussi une place aux climats plus apaisés et acoustiques, comme sur la première partie de Reflections et son superbe duo voix / piano, ou The Great Reward, tout en retenue. Quant au titre le plus long de l'album, Tesla, celui-ci s'ouvre sur un orage où nous sentons son champ magnétique s'étendre tout au long de ses plus de 13 minutes, synthétisant tout ce que le groupe nous offre sur ce remarquable et mélodique Artificial. Sans faille, avec de nombreux artifices, UNITOPIA est tout sauf artificiel. Qu'on se le dise !
Sachez enfin que la version digipack européenne contient 3 titres bonus (pour un total de plus de 16 minutes). Avis aux intéressé(e)s !
Ben
Date de publication : mardi 4 mai 2010