15 / 20
22/07/11
Mafia
BLACK LABEL SOCIETY
 
Zakk WYLDE est principalement connu comme le plus fidèle guitariste d’Ozzy OSBOURNE. Lointain successeur de la comète Randy RHOADS, tragiquement disparu en 1982, il joue aux côtés du meneur de BLACK SABBATH de 1988 à 2002, puis de 2007 à 2009. Il a largement contribué au son actuel du groupe de celui-ci, notamment en composant l’essentiel de l’album No More Tears. En parallèle, WYLDE anime depuis 1998 son propre groupe de Metal, BLACK LABEL SOCIETY, où il officie en tant que guitariste-chanteur. Mafia, sorti en 2005, est le cinquième album de la formation, alors également composée de Nick CATANESE à la guitare, James LoMENZO à la basse et Craig NUNENMACHER à la batterie.

Zakk WYLDE apparaît comme le véritable architecte du son de l’album, sur lequel il joue également de la basse, du piano ainsi que du mini moog. Il excelle à la talk box ainsi qu’à la Wah-wah, grâce auxquelles il crée respectivement les irrésistibles riffs de Fire It Up et What’s In You. BLACK LABEL SOCIETY pratique ouvertement un Thrash Metal extrêmement efficace sur de nombreuses plages telles que You Must Be Blind, l’un des sommets de brutalité de Mafia.

S’il se distingue en rythmique, WYLDE rappelle fréquemment qu’il est un remarquable soliste. L’album est émaillé de chorus éblouissants qui mettent en valeur sa technique et sa vélocité. Assurant le chant lead sur tous les morceaux, le guitariste s’arroge la part du lion. Sa voix contribue à créer des ambiances malsaines et se révèle étonnamment proche de celle d’Ozzy OSBOURNE. En la matière, l’exemple le plus frappant est fourni par l’excellent Suicide Messiah, qui semble directement issu des séances de Sabbath Bloody Sabbath, excellent album sorti en 1973. Aisément mémorisable, ce titre est pourtant marqué par sa violence avec un riff d’intro qui fait songer à Check My Brain, titre d’ALICE IN CHAINS sorti quelques années plus tard sur Black Gives Way To Blue.

Mafia comporte également son lot de ballades, que WYLDE interprète avec un timbre rugueux guère éloigné de celui qu’il emploie pour les bombes Thrash du disque. Il ne s’agit donc pas exactement de power ballads : cependant Dirt On The Grave se révèle tout à fait bouleversant, de même que In This River, dédié à « Dimebag » DARRELL, assassiné sur scène par un fan (!) de PANTERA en 2004. Grand ami de Zakk WYLDE, il a droit à une émouvante dédicace rédigée comme une épitaphe sur le livret de l’album.

Avec un tel titre, il était logique que le thème de la mort apparaisse sur le disque. Une première indication réside dans les illustrations de la pochette et du livret, représentant un squelette lourdement armé portant le costume typique d’un mafioso. Les titres des morceaux sont souvent sans équivoque : outre Suicide Messiah et Dirt On The Grave déjà cités, on trouve Death March ainsi que Too Tough To Die. Les références funèbres abondent - le terme de tombe revient par exemple fréquemment - et Say What You Will évoque des morts-vivants. Mafia n’envisage d’ailleurs que des morts violentes, citant tantôt le suicide, tantôt l’assassinat (Spread Your Wings). Quand les textes s’éloignent de ce thème, c’est pour dépeindre des scènes tout aussi réjouissantes d’apocalypse nucléaire (Forever Down).

En treize ans d’existence, BLACK LABEL SOCIETY a réalisé neuf albums dont le dernier, au titre en forme de clin d’œil à LED ZEPPELIN (The Song Remains Not The Same) est paru en mai 2011. On peut espérer que ce rythme d’enregistrement élevé se poursuive puisque Zakk WYLDE a quitté le groupe d’Ozzy OSBOURNE en 2009 pour être remplacé par GUS G.
Chouman
Date de publication : vendredi 22 juillet 2011