17 / 20
14/07/17
Walpyrgus nights
WALPYRGUS
 
WALPYRGUS s'est formé en 2012 en Caroline du nord, à l'instigation de musiciens aguerris, membres de TWISTED TOWER DIRE, OCTOBER 31, WHILE HEAVEN WEPT, VIPER ou encore DAYLIGHT DIES, ce qui fait tout de même de belles références. Cela dit, hormis un EP 3 titres en 2014, le groupe ne propose son premier opus qu'en 2017. En dépit de sa relative brièveté, cet album est au niveau du point de vue qualitatif : interprétation au cordeau, production percutante et acérée (signée par Tom PHILLIPS, le leader de WHILE HEAVEN WEPT), mixage limpide et puissant, artwork de Gustavo SAZES (qui a déjà œuvré pour DREAM EVIL, FIREWIND, AMARANTHE, ANGRA et bien d'autres).

Revendiquant sans ambages les héritages combinés du Heavy Metal et du Hard Rock originels, WALPYRGUS livre une merveille de Heavy Metal constamment rehaussé des mélodies prenantes, qu'elles oient portées par les lignes de chant de Jonny AUNE, par les harmonies des deux guitaristes ou par les arrangements de claviers grandioses mis en place par Tom PHILLIPS. Portées par des rythmiques prioritairement axées sur la mobilité et l'efficacité, ces mélodies omniprésentes exercent un indéniable pouvoir d'attraction de tous les instants. Musicalement, on pense successivement à JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN, HELLOWEEN, avec des aspects Speed et Power Metal et quelques belles tendances épiques. Le groupe se fend même d'une reprise du groupe danois obscur WITCH CROSS, Light Of A Torch (qui figurait initialement sur l'album Fit For Fight, paru en 1984).

Mais les mélodies pondèrent ce versant Métal en offrant un visage plus Hard Rock, voire Rock. C'est ainsi que le titre imparable Dead Girls relève aussi bien du Hard, du Punk mélodique, du Rock énervé et de la Pop énergique. Une pépite dont vous pouvez visionner la vidéo : cliquez ici.

Il ne faut pas se fier à l'imagerie lugubre mise en place par ce combo, l'écoute de Walpyrgus Nights s'avère foncièrement revigorante et positive.
Alain
Date de publication : vendredi 14 juillet 2017