18 / 20
26/08/20
Bastyon
BASTYON
 
Pour une fois je me permettrais une remarque sur la pochette qui est comment dire…ratée selon moi. Quel dommage en 2020 de proposer ce type de visuel.
Heureusement que le contenu proposé par ces Écossais me redonne vite le sourire !

Acheté comme très souvent après l’écoute d’un seul titre, cet album m’en propose dix de très bonne qualité !
Amateurs de Heavy Métal traditionnel école UK du début 80, BASTYON va vous intéresser c’est sûr !
Le chant est du typique « anglais » qui ne cherche pas les aigus, la voix est posée et puissante. Musicalement BASTYON reste dans ce Heavy Métal teinté de Hard Rock qu’ont su développer les groupes de l’après NWOBHM.

Chaque titre a été travaillé pour ne laisser aucune place à une faille, un vrai travail d’orfèvre tout au long de ces dix titres, avec des ambiances différentes, passant du très Heavy (Bastyon, Firedancer, The Flame ou le long Eternity’s End par exemple), au Heavy avec des mélodies et un refrain très accrocheur (Ghost And The Darkness, Contortion), au Hard Rock (Sinking In The Drowing Poool) et même des Power Ballad tout en feeling (What Used To Live) et un instrumental (Allegro Diabolico). J’y rajoute même une catégorie à part avec Vesuvius qui me rappelle un mix PARADISE LOST (pour la rythmique du début) avec du Hard Rock 90’s, surprenant mais excellent.

La production est réussie, chaque instrument est audible et les rythmiques se font entendre quand il le faut. J’insiste sur la qualité des mélodies omniprésentes tant sur le chant que les parties musicales, chaque titre a son âme et sa personnalité. Le tout enrobé de puissance maîtrisé.

BASTYON a un style difficile à définir puisque le groupe ne s’interdit aucune direction tant qu’elle reste dans son univers « Heavy Métal » que je qualifierai de classieux. Le point qui m’a le plus dérangé est la pochette et le fait de recevoir l’album dans une pochette simple cartonnée, dommage pour un tel album.

Firedancer : cliquez ici


Raskal
Date de publication : mercredi 26 août 2020