18 / 20
08/11/20
Even the devil believes
STRYPER
 
D'entrée le superbe "artwork" de l'auvergnat Stan W DECKER capture et transporte parfaitement l'âme et les intentions de STRYPER. Notre français fait encore étalage de son immense talent. Cela fait vraiment plaisir de retrouver des pochettes qui de nouveau attirent l'œil comme au bon vieux temps du vinyle. Il a redonné ces lettres de noblesses à cet art dont les Frank FRAZETTA (MOLLY HATCHET), Derek RIGGS (IRON MAIDEN), Rodney MATTHEWS (MAGNUM, SCORPIONS, NAZARETH), Peter CORRISTON (THE ROLLING STONES, LED ZEPPELIN), Doug JOHNSON (JUDAS PRIEST), les studios HIPGNOSIS (UFO, PINK FLOYD, YES...) étaient les fers de lance au début des années quatre vingt. Bon vous l'aurez compris, je suis un admirateur de ses œuvres ! Pour en revenir à STRYPER, les musiciens sont originaires de Orange County en Californie. Trente sept ans plus tard et dix millions d'albums vendus, ils sont encore là ce qui n'est pas rien ! Michael SWEET et ses partenaires sont devenus le groupe "chrétien" de référence. Il est à noter qu'aux USA c'est un véritable mouvement musical qui allie religion et métal. Les BRIDE, GUARDIAN, PETRA, WHITECROSS font aussi partie de cette mouvance appelée aussi "White Métal". Après une interruption d'une dizaine d'années, STRYPER a sorti sept albums. Ainsi ce Even The Devil Believes fait suite à God Damn Evil (2018). Je ne suis en général pas un adepte de la musique du groupe même si je possède quelques albums comme l'excellent Against The Law (1990). Ce qui m'a poussé à me pencher sur cet album, c'est cette approche très Hard US des compositions. J'ai eu l’impression d'écouter du RATT, du DOKKEN mâtiné de riffs à la JUDAS PRIEST. Un single comme Do Unto Others manie la rythmique plombée et le refrain AOR comme je les aime. La voix de Michael SWEET est toujours aussi agréable. Le deuxième single Divider utilise aussi ces riffs bien trempés dans le métal. Ici c'est plus flagrant et aussi plus classique. Le morceau n'en est pas moins intéressant. Les derniers extraits parus en avant première sont le très lourd et "Sabbathien" Make Love Great Again et le très rythmé Blood From Above. Les guitares impriment une intensité et une énergie fort appréciable. Je retrouve un peu parfois du Y & T comme sur le mid-tempo Even The Devil Believes. Un bon refrain mélodique qui me fait penser aux glorieuses années du Hard US. Toujours dans cet esprit How To Fly est un titre hyper mélodique. Michael SWEET y module plus sa voix soutenue de quelques chœurs à la QUEEN (si si !). Un Invitation voit même l'apparition de légers claviers "pop". Une très bonne composition encore. Décidément cet album me surprend ! En plus les solos de guitares sont brillants et inspirés. For God & Rock 'n’Roll est un autre morceau de bravoure du style STRYPER ! C'est un excellent titre ! Le nerveux Middle Finger Messiah, plus agressif, évolue dans un environnement plus métal et américain comme les SKID ROW ou SLAUGHTER. Le Hard US solide demeure la ligne de conduite comme ce Let Him In. Pour tempérer les ardeurs This I Pray est une charmante ballade. Au fil des écoutes cet album m'a complètement séduit. Il faut plusieurs passages pour s'acclimater aux mélodies qui sont beaucoup plus subtiles qu'elles n' y paraissent. En tous cas STRYPER a réussi son nouvel album !

Classement charts : N°36 Suisse / N° 92 Allemagne / N° 97 Belgique / N° 92 USA / N°116 Japon.

STRYPER 2020 :

Michael SWEET : Chant, guitare,
Oz FOX : Guitare,
Perry RICHARDSON : Basse,
Robert SWEET : Batterie.

Blood From Above : cliquez ici

Make Love Great Again : cliquez ici

Do Unto Others : cliquez ici

Divider : cliquez ici
Laudrome26
Date de publication : dimanche 8 novembre 2020