Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
ROBERT PLANT - Shaken 'n stirred

Style : Rock FM / AOR / Westcoast
Support :  CD - Année : 1985
Provenance du disque : Acheté
9titre(s) - 42minute(s)

Site(s) Internet : 
ROBERT PLANT FACEBOOK
ROBERT PLANT WEBSITE

Label(s) :
ES PARANZA RECORDS
Atlantic Records
 (19/20)

Auteur : Rémifm
Date de publication : 16/07/2020
Oldies but goldies : toujours plus loin !
Nous avons décidé de vous faire découvrir (ou redécouvrir) les albums qui ont marqué une époque et qui nous paraissent importants pour comprendre l'évolution de notre style préféré.
Nous traiterons de l'album en le réintégrant dans son contexte originel (anecdotes, etc.) ...
Une chronique qui se veut 100% "passionnée" et "nostalgique" et qui nous l'espérons, vous fera réagir par le biais des commentaires ! ......
Bon voyage !


En 1981, Robert PLANT est tout juste sorti des 12 années LED ZEPPELIN (1968 – 1980). La carrière du dirigeable s’arrête suite au décès du génie batteur John BONHAM (1948 - 1980). Fan de Rythm And Blues, style apparu dans le courant des années 1940 et fusionnant le Blues, le Gospel, le Jazz et du Blues, Robert PLANT réunit une kyrielle d’excellents musiciens et nomme le projet THE HONEYDRIPPERS, référence au surnom du chanteur / pianiste américain de blues Roosevelt SYKES (1906 - 1983). Le travail débute et un concert sera donné en 1981 avec notamment le guitariste Robbie BLUNT. Très vite Robert PLANT décide d’orienter des premiers écrits avec ce dernier vers une carrière solo plutôt que de poursuivre l’aventure THE HONEYDRIPPERS. Son premier album, Pictures At Eleven sort en 1981 (cliquez ici) et son deuxième The Principle Of Moments en 1982 (cliquez ici). En 1984, Robert PLANT est en tournée et réactive le projet THE HONEYDRIPPERS avec d’autres fantastiques musiciens et sort un EP de 5 titres de « covers » de Rythm And Blues, intitulé Volume One avec une liste incroyable de musiciens de haut vol. Les plus connus, Jeff BECK (ex- THE YARDBIRDS) et Jimmy PAGE (ex-THE YARBIRDS et LED ZEPPELIN) et aussi Brian SETZER (STRAY CATS). Cet EP va connaître un énorme succès et un concert sera donné pour l’émission américaine de NBC Saturday Night Live en 1984 ! Robert PLANT fait donc le choix de retourner en studio pour sortir en mai 1985 son troisième album studio Shaken ’n Stirred, Secoué et Remué… Un album qui porte bien son nom et qui est une fusion de multiples styles et le plus orienté à ce jour vers l’électronique notamment avec le son de claviers de l’époque ! Mais aussi des sonorités de guitare synthétiseur.
Nous retrouvons pour jouer et composer sur cet album 3 musiciens présents sur les 2 albums précédents, Robbie BLUNT, guitares, Paul MARTINEZ, basse et Jezz WOOGROFFE, claviers. C’est un autre fantastique batteur, américain, qui est venu jouer sur cet album, Mister Ritchie HAYWARD (LITTLE FEAT, THE FRATERNITY OF MAN, THE FACTORY). Batteur de studio, il a aussi participé à moults albums d’innombrables "stars" de la musique.
Ce qui frape d’entrée, c’est la qualité du mixage et du son, qui ne cessent de progresser d’albums en albums. Benji LEFEVRE de l’aventure The Principle Of Moments est reconduit pour enregistrer l’album (impossible de trouver le ou les studio(s) d'enregistrement sur albums ou internet !) avec un autre célèbre producteur Tim PALMER. Il est produit par les deux maestros accompagnés de Robert PLANT.
L’album démarre avec un Hip To Hoo qui tarde à se lancer et surprend d’entrée par son côté Aor Pop typique de l’époque et des choeurs féminins délicieux (Toni HALLIDAY). Les claviers sont très présents, l’ambiance déjà un peu baroque… Le titre colle parfaitement au morceau. Surprenant et très agréable, je pense à GENESIS première période, à la basse de THE CURE, à du THE POLICE, le tout dans une ambiance un peu alternative… Une première curiosité ! Et pas la dernière !
Kallalou Kallalou qui suit porte bien son nom et propose un AOR POP Progressif réussi. Surprenant mais pas dénué d’intérêt, ces deux premiers titres demandent un large esprit, voire d’avoir travaillé un instrument pour en saisir la quintessence. C’est moderne, bigarré, peut-être un peu trop pour certains puristes. Il faut oublier LED ZEPPELIN et se dire que tout ce qu’il y avait de baroque sur les deux premiers albums est poussé à son paroxisme ici.
Too Loud qui suit en est l’exemple parfait ! Déroutant s’il en est, il démarre comme du YES des années 80 et offre un Aor Pop Baroque qui ramène sur les terres d’un TALKING HEADS. J’adore. Robert PLANT et ses musiciens explorent des limites dans une modernité sonore et contemporaine.
Trouble Your Money me fait penser d’entrée à du THE POLICE (Walking On The Moon (1979)), guitare, basse et batterie poussant la limite du clin d’oeil à la copie… Excellent mixage et production font de ce titre plus calme une petite merveille de finesse, de feeling…
Pink And Black remet du rythme, me rappelle THE POLICE et THE CURE par certains aspects, le refrain Pop avec les choeurs de Toni HALLIDAY est superbe. J’adhère !
Vient ensuite le hit de l’album, single qui va « cartonné dans les charts », Little By Little. Pur chef d’oeuvre d’Aor dans l’esprit d’un Phil COLLINS, ce titre est une pure merveille où la voix de Robert PLANT crée une émotion sans précédent.
Retour au baroque Aor Pop avec Doo Doo A Do Do, encore un titre qui porte parfaitement son nom, sa musique et ses paroles ! C’est débridé, un rien sleazy avec ce son (de basse ?) lancinant en arrière plan et ce refrain Pop venu d’une autre planète avec la voix de Toni HALLIDAY.
Easily Lead retrouve du rythme, ramène sur quelques terres de THE CURE, GENESIS par les claviers, le refrain est Pop Aor et le chant dynamique et énergique de Robert PLANT fait merveille.
Enfin, la ballade arrive, un exercice de style sur lequel Robert PLANT excelle ! Sixes And Sevens est le deuxième pur chef-d’oeuvre de l’album. Il vient parfaitement conclure un album un peu déroutant mais ô combien intéressant. Reste qu’il demande une ouverture importante d’esprit et de goûts. Il sera le dernier album de cette équipe (hormis Toni HALLIDAY et le producteur Tim PALMER reconduit pour le Now And Zen de 1988) et un des albums le plus créatif (trop?) et intéressant de Robert PLANT.
Notez qu’une version "remasterisée" est parue en 2007 chez Rhino Entertainment (maison de disque de chez Warner) avec 1 titres bonus, Little By Little en une version plus longue.

Little By Little : cliquez ici

Retrouvez les autres chroniques de ces groupes "Coup de Coeur" en utilisant le moteur de recherche sur la page des chroniques (Lien "Chroniques" au niveau du menu). Rechercher les mots: Oldies but goldies.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
MYLAND
Land of a new day
FIRST SIGNAL
One step over the line
DALTON
Pit stop
IMAGINARIA
Imaginaria
JOURNEY
Escape frontiers live in japan
Chroniques du même auteur
HARDREAMS
Live...on a dreamers night
KISSIN' DYNAMITE
Addicted to metal
GAMMA RAY
Land of the free 2
WHITE LION
Bang your head festival 2005
LION'S SHARE
Dark hours
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente