Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
REACH - The promise of a life

Style : Rock
Support :  CD - Année : 2021
Provenance du disque : Acheté
10titre(s) - 39minute(s)

Site(s) Internet : 
REACH WEBSITE
REACH FACEBOOK

Label(s) :
ICONS CREATING EVIL ART
 (18/20)

Auteur : Laudrome26
Date de publication : 23/05/2021
Un album, un groupe merveilleusement déroutant !
The Great Divine en 2018, avec l'arrivée de Ludvig TURNER au chant, avait déjà vu REACH effectuer un virage vers le Modern-rock. Mais là croyez moi ce n'est pas un virage c'est un volte face, un tournant pour le power trio suédois. N'oublions pas que tout est une affaire de goûts et de couleurs. Et là c'est ce qui peut jouer en faveur ou en défaveur de REACH. Quand j'ai entendu pour la première fois New Frontier, j'ai été dérouté, bousculé dans mes convictions et mes choix musicaux. Et si le talent de REACH était de faire réfléchir, d'interloquer et de désorienter l'auditeur pour mieux le faire adhérer à son œuvre musicale ? Outre ses considérations je dois dire que cet album m'a complètement chamboulé. Je suis passé par pas mal de sensations. C'est un peu les montagnes russes entre joie, émotion, mélancolie voir un certain spleen poétique. Si vous faites abstraction de toutes vos certitudes musicales les suédois vont vous emmener dans un sacré voyage intersidéral. A quoi s'attendre ? Et bien à tout ! La base est un rock alternatif/modern-rock ponctué de refrains pop. Ce n'est que la base car vous allez croiser sur leur chemin du QUEEN, du Robby VALENTINE, du PRINCE, de la variété à la Lady GAGA, du music hall, du lyrique. Je ne peux pas reprocher aux suédois de ne pas prendre de risques, de ne pas inventer, créer. Tout cela aurait pu être sans structure, sans homogénéité. Et bien chaque composition garde son fil conducteur, sa trame malgré la multitude des influences qui les enrichissent. REACH se nourrit de toutes les musiques. Les musiciens ont eu le courage d'assumer leurs choix. Ils sont un peu à contre courant de toute la vague suédoise. Bien sûr la présence de Jona TEE (H.E.AT.) à l'écriture de quelques titres signifie leur attachement à tous ces groupes comme CREYE et ART NATION qui piochent leurs idées aussi dans d'autres univers que l'AOR. Tenter, oser, s'aventurer tel est le maître mot. Et cet effort de troubler, cette expérimentation débute justement par New Frontier. Un titre décalé, extravaguant, rythmé emmené par la voix fascinante de Ludvig TURNER. Ce n'est pas pour rien qu'il a terminé quatrième à la "Swedish Idol" en 2014. Il joue avec sa voix, il monte haut, redescend, repart de plus belle comme la composition très complexe et aux rythmes sans cesse changeants. Je le retrouve dans un registre plus agressif sur un très catchy The Law aux guitares plus tournées vers le rock alternatif. Un piano, une guitare rock, un groove dansant à la PRINCE et c'est Young Again. Étonnant, entraînant et toujours se laisser aller musical avec la voix délicieuse de Ludvig TURNER. Plus abordable à la première écoute Satellite est moulé dans un modern-rock au refrain hyper mélodique et voluptueux. De jolies harmonies vocales viennent parer de mille feux la belle mélodie. Je suis en plein dans les années folles 1920, je suis emporté par le son théâtral de Motherland. La guitare rappelle tout de même que le rock est là. Il y a du swing, de la pop ingénieuse et du Robby VALENTINE sur le break. La chanson mélancolique Higher Ground possède la beauté troublante d'une BO de film de série noire. Les orchestrations de Cover My Traces sont justes lumineuses. Le refrain un brin sombre est envoûtant. REACH s'est créé un monde et Cover My Traces est une composition hors du temps, là aussi le pouvoir attractif, fascinant et charmeur des musiciens opère sur moi. Ces sorciers du son reviennent dans des contrées plus rock alternatif avec The Streets diablement séduisant. Je suis encore captivé par la mélodie lancinante et déchirante de Promise Of A Life. Je trouve une beauté incroyable à ce titre, REACH m'a emmené dans son univers. Cet album dérangeant, déstabilisant est au final magnétique, hypnotique. Le travail innovant, inventif est ici éblouissant et magistral. Je ne peux qu'être émerveillé par ces trois musiciens que sont Ludvig TURNER (chant, claviers, guitare), Marcus JOHANSSON (batterie), Soufian MA'AOUI (basse). Respect !

New Frontier : cliquez ici

Chronique de REACH : The Great Divine : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
ASIA
Asia
JEFF HEALEY
Heal my soul
BRYAN ADAMS
Reckless
SYBERNETYKS
Dream machine
LAURA COX BAND
Hard blues shot
Chroniques du même auteur
ARCTIC RAIN
The one
TONY MILLS
Beyond the law
CONSTANCIA
Brave new world
SILKED AND STAINED
Love on the road
WICKED SENSATION
Outbreak
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /