Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
TILINTETGJORT - In death i shall arise

Style : Melodic Extrem Metal
Support :  CD promo - Année : 2023
Provenance du disque : Reçu du label
6titre(s) - 47minute(s)

Site(s) Internet : 
TILINTETGJORT website
TILINTETGJORT Bandcamp

Label(s) :
Dark essence
 (17/20)

Auteur : NOCTUS
Date de publication : 10/05/2023
Black metal norvégien experimental
In Death I Shall Arise est le premier album de ce groupe norvégien dont le nom reste très difficile à retenir…et à écrire ! La belle pochette donne envie. 6 morceaux ce n’est pas beaucoup mais quand on sait que le dernier titre dure plus de 21 minutes…mais j’y reviendrai plus tard. Avec Kvikksolvdrommer (c’est du norvégien !) cela commence un peu dans une bouillie sonore avec ce vieux riff à la DARKTHRONE. Le son est brut, TILINTETGJORT a enregistré live en 3 jours ses chansons mûries depuis plusieurs années. L’aspect épuré du son est clairement recherché alors que les compostions apparaissent complexes. Cette basse, par exemple, qui suit sa propre partition apporte un côté avant-garde à ce black métal qui rappelle SATYRICON, deuxième période, dans son approche directe black ‘n’ roll. Un peu de chant clair, juste ce qu’il faut, le chant principal, possédé, évoluant dans des sphères mélancoliques et torturées. TILINTETGJORT multiplie les riffs, souvent assez mélodiques, les guitares jouant parfois des parties différentes (Sannhetens Soyler) et aime jouer la carte de la répétitivité propice à dégager des atmosphères. La batterie reste très (trop) sèche, efficace et classique. Vinter Og Host montre une structure plus tortueuse avec toujours cette basse indépendante, dissociée de la batterie et des très rapides guitares, je relève une cassure rythmique et une fin apocalyptique. Dommedagsmonument demeure pour moi la pièce majeure de ce disque, très épique. Elle comporte des séquences fulgurantes, d'autres plus lentes et ambiantes, des soli déchaînés, des arpèges en plein milieu qui laissent croire, à tord, à une fin du morceau. Et ça repart avec des guitares mélodiques pour terminer sur des claviers aux sonorités ambiantes évoquant ARCTURUS. In Death I Shall Arise est un très bon premier album, plutôt inspiré, qui plaira aux amateurs des groupes précités.

Mercurial : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
CRADLE OF FILTH
The manticore and other horrors
WALDGEFLÜSTER
Mondscheinsonaten
SATYRICON
Live at the opera
DEATH FROM ABOVE
Altered dimension
SANCTUARY
Resilience
Chroniques du même auteur
PAUL DI ANNO
The beast arises
LYNYRD SKYNYRD
Last of a dyin’ breed
SAXON
The eagle has landed 40 live
L.R.S.
Down to the core
WIG WAM
Wall street
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /