Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
KYLE - Seize the light

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2024
Provenance du disque : Reçu du groupe
9titre(s) - 38minute(s)

Site(s) Internet : 
KYLE FACEBOOK
PLATINUM RECORDS WEB SITE
KYLE INSTAGRAM

Label(s) :
Platinum Records
 (18/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 20/04/2024
Kyle ? je like !
KYLE est né à Bordeaux des cendres de SLEEPPERS puisque le groupe s’agrège autour Laurent et Fred GIRARD (ex-section rythmique des susnommés), épaulés par les guitares de David PASSICOS (ES LO QUE HAY) et Antoine LE ROUX (THE TWIN STONERS, PUSSY MIEL).

Les voici qui nous servent ce premier opus de 9 titres, véritable pépite de stoner cristallisée à de la noise, avec des paillettes de pop et d’électro, et enjolivée d’un excellent mixage signé Fred NORGUET (SLEEPERS, LOFOFORA…) à la fois limpide et éclatant. Vous pouvez sans peine ranger cet échantillon minéral entre votre boîte de pop-punk et le sulfure de grunge puisque, stylistiquement, KYLE embarque ses grosses guitares et sa section rythmique agile et bien campée vers un stoner rock/metal dans lequel l’esprit sombre et dépressif aura été bien atténué, voire pour partie remplacé par la légèreté des synthés ou de quelques mélodies accrocheuses. Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : Seize The Light reste foncièrement rock et ne sombre à aucun moment dans de la bluette.

Regardez la couverture : vous êtes (presque) sur la colline d’Hollywood derrière le célèbre panneau, sauf que celui-ci figure le mot KYLE, délabré, à contrejour, et surmonté d’un être espiègle. Depuis son promontoire, ce dernier observe avec malignité les traces lumineuses d’une société qui s’agite. Je pense qu’ici, Seize The Light (saisis la lumière) est la tentative d’appréhender un monde incompréhensible et que dans cette tentative le groupe se positionne dans l’envers du décor et prend un recul alternativement inquiet, amusé ou critique. Bien que le panneau s’adresse à nous et non pas aux agités de la vallée qui ne voient d’en bas que les signes Ǝ˩YꞰ. Quoi qu’il en soit, il reste au centre l’espoir du soleil qui se lève. Voilà en quoi la pochette, « brillemment » illustrée par Emmanuel BRILLET, reflète avec une grande intelligence l’ambiance de l’album.


L’album est un chapelet d’excellents morceaux depuis le premier titre, Mind Creep, qui met tout de suite en avant la puissance et la subtilité de KYLE, jusqu’à The Bad The Good, And The Masked Sin où une sorte d’électro grinçant et éthéré, clôture le festival en nous prouvant l’ouverture d’esprit du groupe.
Entre les deux, l’excellent Parked Away dont l’intro hyper-rythmique me fait immanquablement dresser l’oreille et dont la suite est un vrai délice bien riffé, bien tranchant et très accessible.
Êtes-vous prêts pour une mélodie vocale aussi virale que du NIRVANA ? C’est au tour de Shine On de nous faire miroiter une nouvelle facette du groupe jusqu’à sa conclusion entêtante.
Autre composition de grande classe : Relight. L’ovni prend son envol par une petite intro synthétique et menaçante avant de basculer sur un gros riff de tueur. Je savoure dans ce titre les petits passages plus dépouillés qui, comme autant de respirations, remettent régulièrement une pièce dans la machine, mais aussi le jeu d’équilibriste entre riffage tenace et insertion de mélodies accrocheuses. C’est une construction très maligne.
Et hop ! Sampling Life nous ramène dans ce royaume où basse et batterie portent la couronne et le sceptre du pouvoir. Et, lorsque je m’y attends le moins, tout s’écroule et le monde repart de zéro avant de se reconstituer en changeant complètement de forme.
La fête continue avec The Shot, un titre bien puissant qui aurait très bien pu faire un single.
Nouvelle intro de synthé qui pose des bases inquiétantes à Coping. Perso, je suis un gros fan de la dernière partie hautement évolutive du morceau avec son énorme riff basique sur fond de rythmique tribale et de chant plaintif amérindien. Cette outro m’a vraiment fait halluciner.
Du haut de ses 7 minutes, l’avant-dernière plage – Unlock - est le plus long titre de l’album et croyez-moi, bien que ce ne soit pas mon morceau préféré, il sait nous en faire voir de toutes les couleurs et comporte son lot de surprises.

Seize The Light est un album au spectre large (stoner, noise, grunge, metal…) rendu très cohérent grâce à un son clair et plein de relief et à des compositions très travaillées. Sincèrement, c’est un de ces plaisirs qui ne se refuse pas !

***


KYLE est composé de :
- Laurent « laul » GIRARD, basse et chant ;
- Fred GIRARD, batterie ;
- David PASSICOS, guitare ;
- Antoine LE ROUX, guitare.

Avec la participation de Raf SERE (ex-SLEEPERS).

***


Extrait de Seize The Light :
- Mind Creep : Cliquez ici !
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
HOT AT BATS
Night giants
CROW'S FLIGHT
The calm before
ANTAGONIST ZERO
Nighttime harmony ep
GODTHRYMM
Reflections
GREEN HOG BAND
Fuzz realm
Chroniques du même auteur
FUZZY GRASS
The revenge of the blue nut
BRIGHT
Bright
PARALYZED
Heavy road
TONA
Tona
WOLF
Shadowland
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /