Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
IRON MAIDEN - Nights of the dead – legacy of the beast – live in mexico

Style : Heavy Metal
Support :  2CD - Année : 2020
Provenance du disque : Acheté
17titre(s) - 100minute(s)

Site(s) Internet : 
IRON MAIDEN FACEBOOK
IRON MAIDEN WEBSITE

Label(s) :
Parlophone
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 22/11/2020
Quelle surprise, un live !
Il y a plusieurs manières d’aborder cette énième livraison live d’IRON MAIDEN. Je vais tenter, non pas d’en faire le tour, mais d’en proposer quelques unes.

Version 1 : dans la lignée du management
Frustré d’avoir dû interrompre sa tournée mondiale Legacy Of The Beast, le groupe en livre un témoignage audio afin de faire patienter les fans. Au cas où les dates reprogrammées en 2021 seraient elles aussi annulées, il resterait au moins ce témoignage.

Version 2 : ras le bol de raquer
On a beau être fan depuis le début, le procédé commence à devenir un brin irritant. Depuis le retour de Bruce DICKINSON et d’Adrian SMITH et la parution de Brave New World en 2000, après chaque album studio, le groupe publie un enregistrement live (CD et/ou DVD-Blue Ray) de la tournée consécutive. En l’occurrence, le dernier album studio en date, The Books Of Souls (2015), a d’ores et déjà connu son pendant live avec The Book Of Souls : Live Chapter (2017). Mais rappelons Rock In Rio (2002) après Brave New World et la compilation Edward The Great, Death On The Road (2005) après Dance Of Death, Flight 666 (DVD et CD, 2009) dans la foulée de la compilation Somewhere Back In Time, From FearTo Eternity, En Vivo ! (2012) relayant The Final Frontier. Sans compter les DVD documentant le passé du groupe avec notamment des concerts : The History Of Iron Maiden part 1 : The Early Days (2004), réédition de Live After Death (2008), Maiden England ’88 (2013).

Version 3 : fan club
Avant tout soucieux d’en donner toujours plus à ses fans, IRON MAIDEN livre un témoignage de sa tournée, dramatiquement interrompue par la Covid-19. Afin de maintenir le lien avec la communauté, Steve HARRIS a supervisé le mixage des trois dates données à Mexico City dans le cadre de la tournée Legacy of The Beast. Et puis, quel plaisir d’entendre les classiques, ainsi que des morceaux plus rares dans un contexte scénique (For The Greater Good Of God, The Clansman, Sign Of The Cross). Enfin, pour des vétérans, les membres d’IRON MAIDEN font preuve d’une énergie et d’un mordant peu commun. Up The Irons !

Version 4 : fan de son
Quantité d’albums enregistrés en public sonnent de manière trop parfaite, ayant bénéficié de retouches plus ou moins nombreuses en studio. Le dernier live d’IRON MAIDEN possède a contrario une patine authentique. Le mixage garanti aux trois guitaristes, au bassiste, au batteur et au chanteur une exposition proportionnée, à la fois puissante et limpide, avec toutefois ce qu’il faut de fébrilité liée à l’interprétation scénique. C’est ainsi que la vitesse d’interprétation d’un morceau comme Aces High, originellement déjà rapide dans son pendant studio, oblige le chanteur Bruce DICKINSON à hacher quelque peu ses lignes de chant. La garantie d’authenticité prime ici sur la restitution des versions en studio…

En revanche, comment expliquer que le public mexicain, à la fois nombreux et exubérant au possible, ait été aussi dramatiquement sous mixé ?! C’est bien simple, il faut tendre l’oreille pour percevoir les réactions muy callientes del publico. Au lieu de quoi, j'entends un bruit de foule ténu, lointain, confus, techniquement fort mal défini. Y avait-il des micros dédiés au public lors des trois concerts ou Steve HARRIS et son co-producteur Tony NEWTON durent-ils se contenter d’une prise de son via la table de mixage, par définition inadaptée pour ce qui est de saisir les réactions de la foule ?
En tout cas, le résultat final manque de relief et d’ambiance : totalement incompréhensible !

Version 5 : étudiant en économie
Un groupe de cette taille, c’est toute une organisation. Impossible que le groupe interrompe trop longtemps ses activités de tournée ou de publication discographique. Faute de quoi, l’équation économique s’effondre !

Bon, je pourrai multiplier les points de vue alternativement critiques et positifs. Le fait est que, d’un point de vue strictement artistique, IRON MAIDEN sonne de manière très affûtée et, expérience et "setlist" qualitative obligent, remporte les suffrages du public mexicain et des acheteurs. En revanche, j' aimerai que leurs albums studio recèlent la même énergie vitale que cet album live et que le groupe (et son management) sorte quelque peu de la routine.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Alain Le jeudi 26 novembre 2020
Pourquoi 15/20 ? Parce que le son abrupt de ce live correspond davantage à la réalité scėnique que le plus que parfait Rock In Rio. Parce que les compositions. Parce que l'artwork soigné (j'ai echeté le format livre). Et puis parce que l'intensité dans l'interprétation de Run To The Hills, Hallowed Be Thy Name ou de The Evil That Men Do vaut le détour. Sinon, pour ma part, bien que lassé par la multiplication des albums live et des compilations, je souhaite avant tout que le groupe retrouve du mordant et de l'audace dans ses albums studio. Mon dernier grand frisson pour un album ? Brave New World (un bail donc !). Depuis, tous les albums ne contenaient pas des morceaux autant porteurs d'ambition que Empire Of The Clouds, loin s'en faut. Témoignage d'un fan depuis 1981, un brin dėsabusé depuis belle lurette.
神の知恵 Le lundi 23 novembre 2020
15/20 pour le nouveau live de Maiden, je trouve que c'est trop, tant le mix est mauvais tant sur le public que les instruments... C'est un concert poussif au possible, avec un Dickinson vocalement fatigué... Il n'y aucune énergie dans ce show (un comble pour Maiden !!) et beaucoup trop de pains font leur apparition tout au long des presque deux heures de concert... Du coup, c'est un Maiden sous somnifère... Perso, étant fan du groupe depuis 1987, j'aurais largement préféré qu'il nous balance un CD live à Bercy de juillet 2018, au moins là il y avait de l'ambiance, un son énorme (même si je n'y étais pas, mais j'ai le bootleg), des musiciens en forme et un Dickinson au paroxysme de son talent. Et en plus, un live en France aurait été le bienvenu pour remercier tous les fans de l'hexagone qui suivent le groupe depuis ses débuts, sans compter que deux de ses meilleurs albums (Brave New World et The Book Of Souls) ayant eu énormément de succès ont été mis en boîte à Suresnes dans les studios Guillaume Tell... Steve et compagnie auraient mieux fait de faire ce choix-là au lieu de nous offrir un live quelque peu insipide... Beaucoup de fans sur les réseaux sociaux, peu importe leur pays, sont déçus du rendu final... Et j'en fait, malheureusement et une fois n'est pas coutume, partie... Je n'aurais jamais crû écrire ça de mon groupe préféré, mais bon, c'est la vie et les membres du groupe vieillissent et font, parfois, des erreurs de parcours excusables (mais pas trop quand même, hein)... Vivement le prochain album studio pour se laver les oreilles et avoir un vrai bon coup de pied au cul !! ;)
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
COVEN
Worship new gods
GRIMLORD
Dolce vita sath-anas
MASQUERAGE
Moonlight time
BULLET
Heading to the top
TRINAKRIUS
Massacro
Chroniques du même auteur
GRANDE ROYALE
Breaking news
PALE DIVINE
Pale divine
MONSTER MAGNET
Cobras and fire : the mastermind redux
SERVANTS TO THE TIDE
Servants to the tide
UFOMAMMUT
Ecate
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /