Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
BIG SCENIC NOWHERE - The long morrow

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
5titre(s) - 36minute(s)

Site(s) Internet : 
BIG SCENIC NOWHERE BANDCAMP

Label(s) :
Heavy Psych Sounds
 (17/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 17/01/2022
La dream team du stoner psychédélique est de retour !
Certes, pour les fans de heavy rock, le BIG SCENIC NOWHERE n’est déjà plus à présenter. Pour les autres, il convient de savoir qu’il s’agit d’un super-groupe, ou projet collaboratif, initié en 2019 par Bob BALCH et Gary ARCE et composé, entre autres, de membres de FU MANCHU, YAWNING MAN, MOS GENERATOR.

Après Dying on the Mountain (EP-2019), Vision Beyond Horizon (LP-2020) et Lavender Blues (EP-2020), ce second album de longue durée, The Long Morrow prouve que le projet s’enracine et imprime la patte d’un nouveau vrai groupe qui va au-delà de la somme des pointures qui le composent.

The Long Morrow ce sont 3 chansons autour de 4 ou 5 minutes, un titre très intense de 3 minutes et le morceau éponyme, une véritable épopée de desert rock psychédélique lorgnant sur le prog de presque 20 minutes.

Dès ma première écoute, je suis conquis par le morceau d’ouverture, Defector (Of Future Days) . Bon sang mais ce genre de riff un peu déglingué, ce placement de voix, cette mélodie vocale entre deux eaux… j’y détecte clairement un parfum de VOÏVOD et ce n’est pas pour me déplaire. La rythmique est bien grasse, le solo tient la route, et ce son de basse ! Quel son ! rond et puissant, magnifique charpente au morceau.

Dois-je l’avouer ? J’ai un peu de mal avec Murder Klipp. Je trouve la ligne de chant un peu floue, ne sachant jamais trop vers où elle va. Heureusement, il y a cette rupture à mi-parcours où je me retrouve seul avec une basse douce, une guitare éthérée, le chant qui cède la place à ce qui semble être du violoncelle et un super solo de guitare qui éclaire le titre et lui réinsuffle de l’énergie.

Sur la troisième plage, je me retrouve en terrain connu. Il s’agit de Lavender Blue. Un morceau calme et très psychédélique sur les couplets mais qui porte de belles variations heavy. Il est issu de la session du précédent EP. Ici, il est ramené à 5 minutes, alors que la mouture initiale donnait dans les 13 minutes.

De son côté, LeDü donne dans un stoner plus compact et rentre-dedans. Visiblement, avec l’ordre des pistes, le BIG SCENIC NOWHERE a joué sur l’alternance des atmosphères ce qui est très aidant pour garder une écoute attentive.

Arrive alors le plat de résistance The Long Morrow (le long lendemain) qui représente en durée, plus de la moitié de l’album.
Une jolie intro lente qui fait la part belle aux synthés, une voix très mélodique, un premier solo au phrasé gilmourien, je nage en plein prog psychédélique, soyons clairs : en plein PINK FLOYD. Au premier quart du morceau, toujours soutenue par une belle ligne de basse arrive une guitare épaisse et distordue plus mordante. Au bout de sept minutes, les guitares se font aériennes avec un jeu d’écho. Un nouveau solo sonne en plein cœur du morceau, bien metal, puis une jam instrumentale surréaliste où se répondent les cordes. Plusieurs chorus s’enchaînent alors, chacun avec ses couleurs, ses propres effets, toujours sur cette ligne basse-batterie imperturbable. Autour de quinze minutes les synthés reprennent la parole et la basse complexifie ses motifs. Le morceau redevient atmosphérique puis la rythmique renaît, enluminée d’autres solos. Et j’ai cette impression qui domine, celle d’assister à une impro conduite par des musiciens aussi experts qu’inspirés, plus que d’écouter un titre construit et réfléchi. C’est sans doute là que se situe toute la beauté du geste.

Je n’ai pas pris le même plaisir tout au long de l’album mais le morceau-titre, à lui seul vaut la peine d’être expérimenté. Il est magnifique, varié, envoûtant et chaque écoute me livre de nouvelles facettes. The Long Morrow est un très bon album dont certains secrets ne vous seront pas révélés à la première écoute.

***


BIG SCENIC NOWHERE est composé de :
- Gary ARCE : guitare - (aussi dans YAWNING MAN) ;
- Bob BALCH : guitare - (aussi dans FU MANCHU) ;
- Tony REED : basse, synthé, guitare, chant – (aussi dans MOS GENERATOR) ;
- Bill STINSON : batterie – (aussi dans YAWNING MAN, TEN EAST, ZUN).

Sont invités sur cet album :
- Per WIBERG : synthé – (aussi dans SPIRITUAL BEGGARS, KAMCHATKA, ex-OPETH) ;
- Reeves GABRELS : guitare - (aussi dans THE CURE, TIN MACHINE).

***


L’album en streaming :
- The Long Morrow : Cliquez ici !
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
THE HOWLING VOID
The triumph of ruin
EMPYRIUM
Über der sternen
SPACE COKE
L'appel du vide
LAPSUS DEI
Sea of deep reflections
SOLEMN CEREMONY
Solemn ceremony
Chroniques du même auteur
ANATOMY OF HABIT
Even if it takes a lifetime
MISFIRE
Sympathy for the ignorant
BEHÖLDER
Behölder
HIGH DESERT QUEEN
Secrets of the black moon
MASACRITIKA
Raza de kaín
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /