Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
URFERD - Resan

Style : Pagan / Folk / Viking Metal
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 42minute(s)

Site(s) Internet : 
URFERD FACEBOOK
URFERD BANDCAMP

Label(s) :
Black Lodge Records
 (16/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 20/03/2022
Brumes scandinaves
Autant annoncer d’entrée de jeu la couleur : URFERD ne joue pas une note de Metal sur son premier album Resan. Le style développé ici relève plutôt d’un Folk nordique, revu et augmenté d’une approche Ambient. A l’instar de ce que développent des formations comme WARDRUNA, HEILUNG, FORNDOM ou nos compatriotes de SKÁLD, l’unique animateur du projet URFERD, Daniel BECKMAN, vise à inscrire musicalement une certaine vision – mystique et sûrement en partie fantasmée - des univers nordiques de Scandinavie, notamment ceux largement occupés par de denses forêts de conifères.

Sont employés des instruments traditionnels, à cordes, à vent, des percussions, le tout utilisé avec maîtrise et pondération. Pas question de verser dans les caricatures de chansons à boire, qui s’entonnent à tue-tête ! Ici, tout est affaire d’ambiances brumeuses, de pulsations hypnotiques, de pulsations ritualistes, subtilement renforcées par des arrangements électroniques. Pas question de se cantonner à une exigence musicologique stricte et austère ; il m’est impossible d’affirmer que l’instrumentation développée par URFERD correspond peu ou prou à des répertoires anciens dûment identifiés et retranscrits. Par contre, je peux affirmer que cet album développe des thèmes mélodiques et des schémas rythmiques suffisamment évocateurs de l’univers scandinave pris pour cible.

Certaines pistes versent du côté roots (Vaka et ses chœurs finaux absolument immenses, le sombre Avfärd et ses percussions entêtantes, le martial Envig), tandis que d’autres optent pour un rendu Folk assez doux (l’accordéon triste et les voix féminine et masculine délicates de Dvala, Strövtåg). Mais on rencontre également des sonorités plus atmosphériques (les nappes de synthé de Gryning), plus cinématographiques (le grandiose Hymn), parfois proches du Dark Ambient.
Evidemment, ces différents visages peuvent se côtoyer au sein d’un même morceau. C’est ainsi que Hemfärd débute en mode Dark Ambient, avant qu’un break plus nettement mélodique n’occupe le mitan du morceau, puis que des percussions éclatantes n’explosent, avec un chant féminin qui vocalise en arrière-plan (on songe un peu à DEAD CAN DANCE).

A l’arrivée, s’il ne peut prétendre être ni un précurseur, ni un innovateur, Daniel BECKMAN peut sans conteste revendiquer la cohérence et la variété de sa musique au sein d’URFERD, avec une palette appréciable d’ambiances évocatrices qui permettent à l’auditeur de se projeter mentalement dans l’univers fascinant des forêts scandinaves.

Vidéos de Vaka cliquez ici et d’Avfärd cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
TUATHA DE DANANN
The tribes of witching souls
MENHIR
Hildebrandslied
BLACKMORE'S NIGHT
Dancer and the moon
FJOERGYN
Jahreszeiten
CRIMFALL
The writ of sword
Chroniques du même auteur
MANILLA ROAD
Spiral castle
SINLUST
Sea black
DEATH SS
Resurrection
MEMORY GARDEN
1349
MAHAKALA
The second fall
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /