Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
EREBE - Aeon

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
7titre(s) - 39minute(s)

Site(s) Internet : 
EREBE FACEBOOK
EREBE BANDCAMP

Label(s) :
Silent Future recordings
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 22/04/2022
Merveilleux premier album, entre post et prog metal
Diantre, que ce premier album du quintette français EREBE fait du bien ! Citée dans la biographie fournie par le label et reprise sans trop de précaution ni de précision par pas mal de sites, l’appellation Post Metal pourrait laisser espérer des rythmiques pesantes et épaisses, des riffs de guitare tordus, des ambiances sombres, un chant maladif, ainsi que tout l’attirail surpuissant, dérangeant et torturé, propre à ce sous-genre. Cela dit, quelques minutes suffisent pour qu’on comprenne que l’on a affaire à un projet autrement plus complexe et ambitieux, méritant bien mieux que l’assignation réductrice à telle ou telle étiquette. En fait, ce qui fait la richesse d’Aeon, c’est bien la convocation d’univers musicaux très divers, très contrastés, leur convergence extrêmement maîtrisée – dans l’écriture, dans l’interprétation, dans les arrangements – en vue d’un rendu harmonieux, parce que contrasté.

Epuisons d’emblée cette référence au Post Metal. Oui, les adeptes de cette tendance trouveront ici leur lot de riffs graves et biscornus, de guitares aigres, de vocaux paroxystiques (caverneux ou plus douloureusement écorchés, qui conviendraient bien à des amateurs de Death et de Black Metal), de rythmiques pesantes. Pour autant, une évidence s’impose : EREBE ne se veut prisonnier d’aucun style en particulier, mais assume parfaitement d’en convoquer de nombreux en vue de construire sa musique à la fois puissante et sensible.

La seconde famille musicale que l’on ne peut contourner est bien entendu le Progressif. Seulement, une fois que l’on a affirmé cela, on n’est pas plus avancé. Certes, EREBE se plaît à proposer systématiquement des structures riches en ruptures rythmiques, en variations de tempo, en contrastes d’ambiances, en maîtrise instrumentale. Cependant, on distinguera des ingrédients qui évoquent ostensiblement le Rock progressif des années 70 (un fort niveau de technicité dans les compositions et dans l’interprétation) et 80 (ce goût pour un chant majoritairement clair et émotionnellement expressif, pour des guitares et des synthés limpides). Pour autant, les adeptes d’un Rock progressif plus puissant, voire d’un Metal progressif à la OPETH ou KATATONIA, ne seront pas déçus. L'élégance mélancolique d'un FATES WARNING n'étant pas incongrue...

Pour autant, EREBE ne cède à aucune des dérives coutumières du monde Prog, à savoir la démonstration technique d’une part, les développements interminables. L’adaptabilité de la section rythmique, autant que les solos de guitare techniques mais toujours mélodiquement construits, constituent autant de gages de la maîtrise instrumentale incontestable des musiciens, lesquels n’éprouvent à aucun moment le besoin d’étaler plus avant leur savoir-faire. Pour ce qui est de la durée des compositions, il faut bien admettre qu’EREBE parvient à multiplier les séquences, à varier les ambiances, à installer des contrastes forts, le tout dans des formats très raisonnables (4-5 minutes), avec une exception excédant les dix minutes – The Collector – qui évite toutefois toute boursouflure, toute digression, privilégiant une asphyxiante tension dramatique permanente.

En somme, EREBE ouvre sa discographie par un coup de maître qui commet l’exploit de pouvoir faire converger les fans de Post Metal, de Metal progressif, de Death Metal complexe, de Post Black, de Rock progressif puissant et délicat (fans de BIFFY CLYRO ou de MUSE en quête de sensations fortes). Tout simplement magnifique !

Vidéo de Replicate : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Pumpkin-T Le samedi 23 avril 2022

Ville : MARSEILLE
Effectivement, c'est vraiment un sacré premier album ! Si j'avais un bémol, ce serait sur le son que je trouve trop compact avec trop de couches qui étouffent dès que les compos montent en intensité, alors que je trouve que leur style a besoin d'air et de spatialisation, avec une prod dans le genre de KING BUFFALO, CROWN LANDS, ou SHIVA THE DESTRUCTOR ce serait royal.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
SYMETRY
Roots project
PANDEA
Soylent green
CONTINUUM
From the depths...
POSTHUMANBIGBANG
Jungle eyes
KESEM
Post-terra
Chroniques du même auteur
OSTROGOTH
Feelings of fury
VOIE DE FAIT
Ange ou démon
GLACIER
The passing of time
THE RODS
Wild dogs
ELEPHANT BELL
Gates of dawn
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /