Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DRAUGURINN - Minningar úr undirheimum

Style : Pagan / Folk / Viking Metal
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
3titre(s) - 31minute(s)

Site(s) Internet : 
DRAUGURINN BANDCAMP
DRAUGURINN FACEBOOK

Label(s) :
Nordvis
 (17/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 12/06/2022
Subtil rituel
Un projet = une femme. Ou plutôt un fantôme, traduction de draugurinn en finlandais, Dísa étant native d’Islande, installée en Suède. DRAUGURINN est discographiquement actif depuis 2010 et Minningar Úr Undirheimum est tout de même son sixième album. Si à ses débuts notre fantôme avait conservé des instruments et un son saturé typique du Metal extrême, Dísa a rapidement mis en exergue des instruments traditionnels et développé une approche à mi-chemin entre ritualisme et Dark Ambient.

C’est à nouveau le cas sur les trois compositions qui constituent Minningar Úr Undirheimum (souvenirs du monde souterrain). Si le titre de clôture Undirheimum se contente de frôler les sept minutes, les deux autres morceaux imposent des périmètres nettement plus vastes : Minningar ouvre l’album et crève le plafond du quart d’heure, suivi par Ur et ses dix minutes. De tels formats permettent à Dísa d’installer progressivement des ambiances brumeuses, taraudées par de discrets motifs rythmiques répétitifs, dont la répétition et les subtiles variations provoquent un effet fortement hypnotique. Ce rendu fascinant se trouve régulièrement traversé par des bruits disruptifs, qui perturbent en injectant une dimension d’étrangeté, voire de menace. Sauf que rien n’arrête la progression de la transe, qui progresse comme une brume montant des eaux d’un fjord, grimpant les pentes boisées abruptes, s’insinuant inexorablement dans les moindres anfractuosités du terrain.

Ce qui frappe dans le style propre à DRAUGURINN, c’est le souci de privilégier une approche subtile. Vous ne trouverez pas ici de percussions fracassantes, de chœurs grandiloquents. D’ailleurs, le chant n’intervient que ponctuellement, davantage comme un arrangement que comme des lignes de chant s’imposant au premier plan. Non pas que le timbre de voix de Dísa soit inintéressants, au contraire, mais le propos n’est pas de charmer l’auditeur, mais bien plutôt de l’attirer subrepticement dans un univers d’ombres.

Autre élément positif caractérisant DRAUGURINN sur cet album, la cohabitation entre les instruments traditionnels et la dimension électronique se déroule idéalement, l’imbrication reposant sur une parfaite complémentarité, plutôt que sur des contrastes faciles. Encore une fois, les équilibres s’avèrent subtils, avec bien entendu un gros travail sur le son, un mixage minutieux se chargeant de rendre avec précision les détails, sans jamais perdre de vue la sensation d’ensemble. L’auditeur émerge hébété de cette demi-heure d’immersion totale, avec néanmoins l’envie d’y retourner aussitôt.

Vidéo de l’album : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
FENRIR
Legends of the grail
URFERD
Resan
METSATÖLL
Äio
FUROR GALLICO
Furor gallico
IGNIS FATUU
Neue ufer
Chroniques du même auteur
RAVENTALE
Planetarium 2
AMBUSH
Infidel
STONELAKE
Marching on timeless tales
CJSS
Praise the loud
GRASS
Fresh grass
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /