Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
BOOST - The quiet scream orchestra

Style : Metal
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du groupe
7titre(s) - 38minute(s)

Site(s) Internet : 
BANDCAMP BOOST
FACEBOOK BOOST

Label(s) :
Auto Production
 (17/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 20/08/2022
Surprenante metal-morphose !
À ses débuts, BOOST donnait clairement dans une fusion hardcore/indus (À Toi De Voir - 1999). Deux ans plus tard, tout en restant infailliblement metal, la palette sonore se diversifiait en intégrant de la world, du ska, de la techno, du punk… (In-Difference – 2001). Puis, ce fut un long hiatus et l’incendie semblait éteint mais la combustion continuait hors des regards. C’est ainsi qu’en 2020, alors que nous ne nous y attendions plus, BOOST refit surface avec Reboot. Le line-up avait bien sûr bougé, toutefois l’énergie, la folie et la maîtrise étaient toujours présentes sur ce brûlot de metal alternatif à deux voix. Cet album est aussi grand que la frustration de n’avoir pu le défendre sur scène en raison du Worldwide Covid Tour 2019-2022.

Retenez que BOOST n’a jamais été un groupe comme les autres et ce n’est pas The Quiet Scream Orchestra qui va me démentir. En effet, nos imprévisibles Frenchies reprennent sur cet album, 6 morceaux de Reboot plus Dominate d’In-Difference avec une orchestration réinventée et une palanquée* d’invités (Cf. liste en bas d’article).

À propos d’invités, il y a parmi eux un ami de 30 ans, Toshiyuki HIRAOKA qui pourrait bien être la source de futurs plans au Japon, en prévision desquels le nom du groupe est repris en japonais sur la pochette de l’album.

Dans les paragraphes suivants, je ne vais pas jouer au comparatif ancienne vs nouvelle version de chaque titre car TQSO est intrinsèquement un projet novateur et une esthétique originale qui doivent être défendus en tant que tels.

The Quiet Scream Orchestra se caractérise par une approche (presque) unplugged des arrangements. L’idée n’était pas de limiter l’impact carbone du groupe (parce que l’électricité pollue) mais c’était surtout un vieux pari de Crass : « Pour mes 50 balais - si j’y arrive - je ferai un truc en acoustique avec mes vieux amis du métal français ». Et il y est arrivé de la plus belle manière ! Bravo et excellent jubilée, mon gars !

D’entrée de jeu, j’ai été bluffé par les atmosphères plus sombres, parfois limite doom, et souvent avec un parfum post-punk à la THIS MORTAL COIL, SISTERS OF MERCY, ou des allures glauques comme du TYPE O NEGATIVE ou du Peter MURPHY. C’est particulièrement vrai en ouverture de l’album sur After All, ou Architect Of My Own Destruction dont les mélodies sont sublimes. Si BOOST n’avait pas encore touché à la cold wave ni au gothique, voilà qui est réparé.

Ce ne sont pas les seules surprises que recèle l’album. Au cours du voyage, je traverse des paysages ici inattendus : le flamenco-rock très entraînant et bien « boosté » de Die For A King, ou le blues du Bayou d’Epic Fail. Encore deux grands moments, il n’y a qu’à entendre la manière dont la section rythmique s’adapte à toute les situations avec une déconcertante facilité. Les mecs, vous êtes des VTT – comprenez, Virtuoses Tous Terrains !

Au fil de l’écoute plus rien ne m’étonne, pas même l’intro flûtée du délicieux Show Me Hell, ni celle violoncellisée de Silent Is A Gift aux voix et à la rythmique si subtilement travaillées.

The Quiet Scream Orchestra, très metal dans l’esprit et très surprenant dans la forme, possède de nombreuses qualités : les arrangements bien sûr (et notamment le travail des voix), la mise en valeur de profondes mélodies, les surprises qui se succèdent… Cet album acoustique est aussi l’occasion pour BOOST de reprendre la scène. À en croire Crass (et je le crois) le groupe a découvert une nouvelle façon de jouer dans des salles plus petites et avec un autre rapport au public. Le mieux est d’aller les voir et de tester cette magie par vous-mêmes.

***


BOOST est composé de :
- Crass (Crusher), chant ;
- Howie SAW, chant ;
- El Nino, basse ;
- Antoine, guitare lead ;
- Big Riffing Bear, guitare rythmique ;
- Kob (King Of the Bongo), batterie et percussions.

Plus un moulon* d’invités :
- Stéphane BURIEZ (LOUDBLAST) ;
- Alex COLIN-TOSQUAINE (AGRESSOR) ;
- Steeve PETIT (NO RETURN & ZUUL FX) ;
- Max OTERO (MERCYLESS) ;
- Damien DAUSCH & Jennifer GERVAIS (DUST IN MIND) ;
- Admir & Chloé SAÏN (JAÏL) ;
- Laurent PY (NOTHING FROM NO ONE) ;
- Toshiyuki HIRAOKA (THE PANDEMONIUM BUREAU) ;
- David (CRUSHER, EVOLUTION ZERO) ;
- Kshoo (ex-BOOST, DIRTYDISTRICT) ;
- Polak (TREPONEM PAL) ;

Crass : « Il ne manque que les BLACK BOMB A et quelques-uns qui n'avaient juste pas un emploi du temps compatible sinon ils y seraient. »

(*) Un moulon = une palanquée = beaucoup. (Petit à petit, vous parlerez le marseillais, héhé !)

***


Extraits de The Quiet Scream Orchestra :
- After All : Cliquez ici !
- Architect Of My Own Destruction : Cliquez ici !
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
SAFEMODE
Colorblind
AQME
En l'honneur de jupiter.
TAINTED NATION
On the outside
BARNEY
The killer of tudela
OTIUM
Sacrificed generation
Chroniques du même auteur
GYNOID
The hunger artist show
ALTERED MINDS
Resurrected in time
RED EYE
The cycle
SYCOMORE
Antisweet
MISTY ROUTE
Without a trace
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /