Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
GOSPELHEIM - Ritual & repetition

Style : Melodic Extrem Metal
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 37minute(s)

Site(s) Internet : 
GOSPELHEIM FACEBOOK
GOSPELHEIM BANDCAMP
GOSPELHEIM INSTAGRAM

Label(s) :
Prophecy Productions
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 06/11/2022
Dark mais calibré et ultra-efficace
Ritual & Repetition est le tout premier album d’un jeune quartette mancunien que la biographie proposée par son label présente comme une formation se revendiquant du Dark Rock et du Metal gothique. Depuis les années 90, ces sous-genres ont été tant et plus pratiqués, arpentés et piétinés – hélas plus rarement sublimés – par une tétrachiée de formations au mieux méritoires dans le rendu, mais globalement déficientes dans l’inspiration. Voilà qu’un des labels allemands parmi les plus exigeants en matière de musiques sombres, Prophecy productions, lance cette nouveauté, sous la double appellation ci-avant mentionnée. Du coup, qu’en est-il ?

Repoussons quelque peu la réponse à cette question et constatons d’abord les indices objectifs en notre possession. Tout d’abord le nom du groupe et le titre de ce premier album : tout indique une orientation sombre et ritualiste. Ensuite, visuellement, le logo hurle à pleins poumons (mais, un logo peut-il se voir prêter des poumons, fut-ce dans le cadre d’une chronique) une appartenance au Black Metal. Orientation morbide confirmée par l’illustration sobre, marmoréenne et mortifère, renforcée par un design évocateur de faire-part de décès. Alors, dans quel cimetière sommes-nous convié.e.s à errer ?

Objectivement, je serai tenté de répondre que, de cimetière, il n’en est point, ou alors une version pour Playmobil. Gavé de titres émargeant en dessous de six minutes (sauf Praise Be), ce premier album ressemble plutôt à une tentative de ball-trap basée sur l’efficacité. Riffs simples, rythmiques carrées, parfois hantées par un souffle Black Metal épique, gimmicks vocaux et rythmiques caractéristiques d’un Rock énervé mais mémorisable… Tous genres confondus, l’univers musical britannique s’est fait fort des groupes attractifs et percutants. Dans les années 60, louangeons THE ROLLING STONES, THE WHO, THE TROGGS, THE PRETTY THINGS. Dans la décennie suivante, débutons par ordre chronologique avec le Glam Rock si évidemment, T-REX primum inter pares. Puis le Punk Rock, avec THE BUZZCOCKS en rois absolus de l’impact mélodique énervé. Après quoi, l’évidence desossée et sépulcrale du Rock gothique des SISTERS OF MERCY, de BAUHAUS, de la Cold Wave de SIOUXSIE AND THE BANSHEES, de THE CURE

L’énumération entre inspiration sombre et rendu attractif serait trop longue à poursuivre. Le fait est que GOSPELHEIM a de son côté la jeunesse et peut fort librement faire son marché dans les rayonnages des décennies précédentes, ce dont le groupe ne se prive pas ! De l’univers gothique, GOSPELHEIM retient une ambiance froide et des chants masculin et féminin laconiques, ainsi qu’une approche rythmique par moments sèche et relativement dépouillée. Au Black Metal, le groupe emprunte des riffs en trémolos et quelques accélérations de tempos. Mais, honnêtement, en dépit de toutes ces références visuelles, conceptuelles et musicales, d’où vient que l’on n’a jamais l’impression d’écouter un album de Black Metal ou de Metal gothique ? Cela tient aux choix assumés et évidents, qui consistent à privilégier l’efficacité rythmique et mélodique de chaque titre. GOSPELHEIM aligne sept compositions (plus un instrumental plutôt bref) limpides dans leur structure, diablement efficace dans leur accroche rythmique et millimétré au niveau de l’impact mélodique.

Si on prend en compte l’effet générationnel, Ritual & Repetition a peu de chance d’attirer l’attention des vétérans du Black Metal, du Rock gothique, du Dark Metal et tutti quanti. Par contre, il est fort possible que les impétrant.e.s en matière de Metal à dominante sombre apprécient cet ouvrage ultra-efficace. En somme, rien ne dépasse, mais rien ne s’efface.

Vidéos de Praise Be cliquez ici et de Into Smithereens cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
PROFANE BURIAL
The rosewater park legend
TERMINAL CARNAGE
The sickening rebirth
DARK LUNACY
The day of victory
BARBARIAN
Faith extinguisher
IKUINEN KAAMOS
Fall of icons
Chroniques du même auteur
BOTTENHAVET
Ljud i tysta rum
TOKYO BLADE
Night of the blade... the night before
IN SOLITUDE
The world. the flesh. the devil
SLUSH
Lizard skin
OLE ENGLISH
Ole english
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /