Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
TONA - Tona

Style : Metal
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du groupe
10titre(s) - 41minute(s)

Site(s) Internet : 
TONA FACEBOOK
TONA BANDCAMP

Label(s) :
Idioski Internat
 (18/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 06/01/2023
Un mélange explosif aussi instable qu’un tonneau de nitroglycérine
La malédiction du Nouvel An a encore frappé ! J’ai fais le point sur les sorties de l’année précédente, j’ai publié un palmarès et sitôt publié, bim ! je découvre un album qui aurait mérité de figurer dans mon top 20. TONA vient de me jouer ce sale tour avec son album éponyme dont plusieurs titres m’ont cloué sur place il y a quelques jours.

Difficile d’étiqueter le style si particulier de TONA. En quelques mots, il s’agit d’un heavy metal empruntant au thrash, au stoner, au punk. En tout cas, à l’écoute de l’album, tous mes indicateurs sont dans le vert : une puissance monumentale, des compositions créatives qui allient agressivité et mélodie, une qualité de production de classe internationale, un chanteur pêchu et des excellents musiciens. Bref, zéro défaut.

TONA n’est pas un oisillon qui vient de tomber du nid. Il s’est formé en 2005 à Novi Sad (Serbie) et a sorti en 2008 un premier album, 1000, dont les critiques ont dit le plus grand bien (OK, je me pencherai dessus mais ce n’est pas le sujet du jour). Quinze ans séparent donc 1000 de l’actuel Tona. Comme me l’a fait remarquer Đorđe (prononcer George) il ne s’agit pas d’une reformation car le groupe a toujours continué de jouer. Sur les conseils de leur ami producteur Jared SEE (Portland – Oregon) ils se sont attelés à la composition du nouvel album. Doubles remerciements à Jared - merci d’avoir poussé les gars à revenir dans le circuit et merci pour le fantastique travail de prod !

La montée en puissance de Skate Zen est parfaite pour démarrer l’album avec une intro au piano sur laquelle se greffe un riff syncopé très puissant, puis un déroulement qui alterne du gros heavy metal et du punk. Par l’originalité de sa structure, par ses transitions soignées, par la qualité des arrangements, il s’agit d’une excellente ouverture. Bravo !

Les 5 titres suivants sont de bonne facture et évoluent dans un domaine toujours ambigu entre hard rock, heavy metal et punk. Astreid (le seul morceau en bosniaque) possède une ligne de chant très punky. Riptown est beaucoup plus rock, à la fois assez enlevé et puissant. Sharks a une tendance heavy metal marquée dans sa rythmique. Hit And Run se déroule sur un registre punk rock mélodique dans la lignée des STRANGLERS. Dr Noche apporte quant à lui une appréciable touche de lourdeur et de noirceur.

Je ne veux pas dire que ces 5 titres constituent une sorte de ventre mou car je ne me suis pas ennuyé une seconde mais, comparativement, la dernière partie de l’album nous réserve un vrai feu d’artifice :
Cela commence par Napoleon Complex Dog, un morceau punchy avec beaucoup de relief depuis son intro de cordes basses, en passant par son gros riff central, et de superbes parties de guitares.
Mon bonheur continue avec Flashing Light qui prend une direction tout à fait inattendue. Le titre est un stoner à la fois très rythmé et pourvu d’une ligne vocale proche d’un rock psychédélique un peu planant, parsemé d’interventions de guitares très agressives. Extrêmement original, j’adore !
Ensuite Shooter est un concentré de pur headbanging, et en bonus, je craque sur ce passage divin vers la seconde minute lors de la montée de gamme à la guitare qui n’en finit plus sur un fond de basse infernale et puis, juste après, les hurlements rauques du chanteur : « So looong ! »
Enfin, pour clore l’album, Just A Sip Of It est une descente dans la lourdeur ultime d’un blues-metal plombé. Là, je comprends pourquoi le groupe s’appelle TONA : des tonnes !

Tona est un album qui renferme de délicieuses surprises et capitalise le meilleur de plusieurs genres dans une recette explosive à l’équilibre aussi instable qu’un tonneau de nitroglycérine.

***


TONA est composé de :
- Đorđe SKORUPAN, chant ;
- Boris RADIN, guitare et choeurs ;
- Filip RADOVANOV, guitare ;
- Dragan DIKLIĆ , basse ;
- Predrag JANIČIĆ , batterie.
Mais aussi de :
- Srđan VUKASOVIĆ, guitare sur Hit And Run et Just A Sip Of It ;
- Dragan STOILJKOVIĆ, batterie sur Just A Sip Of It.

***
https://youtu.be/o-pmQY3MGbM

Extraits de Tona :
- Skate Zen : Cliquez ici !
- Flashing Light : Cliquez ici !
- Shooter : Cliquez ici !

Edit 09/01/2022 : NEW VIDEO, Sharks : Cliquez ici !

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
LAST AVENUE
Integration protocol
ULVÅND
The origins
TRIBUNE
Elder lore/the dark arts
ARAKAIN
Schizofrenie
MARTYR
Fear
Chroniques du même auteur
CHIPPER
Self patrón
PARALYZED
Paralyzed
TRAUMA
Awakening
PROFESSOR ELECTRIC
Rot gut
BEHÖLDER
Behölder
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /