Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
TRANSATLANTIC - The final flight

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  MP3 - Année : 2023
Provenance du disque : Reçu du label
25titre(s) - 169minute(s)

Site(s) Internet : 
TRANSATLANTIC WEBSITE

Label(s) :
Inside Out
 (18/20)

Auteur : JMM213
Date de publication : 19/02/2023
Au firmament du rock progressif !
TRANSATLANTIC, c'est le must du rock progressif, un point c'est tout ! Bon, ça fait un peu court pour une chronique, je le concède.... Allez, je vais quand même développer tout ça ! TRANSATLANTIC est un super groupe composé, et même si je me doute que vous le savez tous, de la crème des musiciens de prog avec Pete TRAWAVAS de MARILLION à la basse, Mike PORTNOY ancien membre de DREAM THEATHER à la batterie, Neal MORSE, ancien de SPOCK'S BEARD, aux claviers, à la guitare, et au chant et Roine STOLT chanteur et guitariste de THE FLOWER KINGS. Bien entendu, tous les musiciens participent aux choeurs. The Final Flight, qui est une performance live enregistrée à l'Olympia (cocorico !), est le 6ème et sera, normalement, le dernier album du groupe, dont la carrière a commencé en 1999. C'est même d'ailleurs le dernier concert de leur tournée !

Alors, autant mettre les choses au point dès le début, j'étais un grand fan du groupe à leurs débuts, mais depuis, j'avoue avoir lâché un peu l'affaire. C'est donc avec un grand plaisir et une oreille "toute neuve", que je retrouve le groupe à l'occasion de ce live. La captation s'étale sur 3 CD, avec 25 pistes dont 2 sont, une présentation au public pour la première, au début du CD 2, et un passage instrumental joué aux guitares conjointement par Neil MORSE et Roine STOLT pour le second, sur le CD 3. L'ensemble du concert a une durée de pratiquement 3 heures, oui vous allez bien lu 3 heures. C'est donc pantagruélique ! Le concert est composé pour sa très grande majorité, de titres issus de leur dernier album studio, The Absolute Universe, paru en 2021, version étendue comprise, car les petits malins, qui ne font jamais les choses comme les autres, avaient pondu à cette occasion, deux versions différentes de cet album, soit une courte d'une heure et une longue de 90 minutes. Le set est complété par un titre du 3ème album, The Whirwind, sorti en 2009 et un autre du premier album, SMPT:e. qui date de l'an 2000. Pour le final, j'ai droit à un medley de 28 minutes, composé de morceaux des deuxième (Bridge Across Forever sorti en 2001) et troisième albums. Enfin, je ne vais pratiquement pas citer de références, puisque TRANSATLANTIC, c'est déjà, pour notre époque, LA référence quand on parle de musique progressive ! Aujourd'hui, je ne vous fais pas du piste par piste, parce que ce serait bien trop fastidieux, et pour vous, et pour moi. De toute façon, tout est bon dans TRANSATLANTIC ! Je vais plutôt tenter de ressortir, et dans le désordre, quelques impressions.

Je conseille d'écouter, en premier lieu, We All Need Some Light, sur le CD 3, seul morceau tiré du premier album, mais quel morceau ! C'est pour moi un monument de la musique, qu'elle soit prog ou pas d'ailleurs. La référence à Whish You Were Here de PINK FLOYD s'impose naturellement sur ce titre. Le solo de guitare sèche est à tomber par terre, surtout quand il s'accélère en entraînant avec lui le reste du groupe dans un tourbillon d'émotions ! Alors quand le public reprend en choeur le refrain, c'est un grand frisson qui me parcourt l'échine, tellement c'est majestueux. En un mot, la perfection ! Sinon au rang des particularités, il y a Bully , un morceau de deux minutes qui sort du cadre, puisqu'il s'agit d'un titre à cheval entre du jazz et du rythm'n blues, pour le style de la guitare. Bien sûr,comme pour tout groupe de progressive qui se respecte, il y a obligatoirement les grandes fresques. Ainsi, The Whirlwind Suite s'étire sur pratiquement 35 minutes, avec des changements d'atmosphère comme s'il en pleuvait. La référence à GENESIS peut être évoquée sans problème sur certains passages. Il y a par moments, un chant absolument délicieux. Quel sens de la mélodie ! Overture est un instrumental qui, comme son nom l'indique, ouvre le show avec la guitare bien mise en avant, puis les musiciens s'imposent tour à tour en solo, mais sans trop faire durer et ça c'est salutaire....

Il y a aussi ce Looking For The Light qui durcit le ton. La guitare et la voix se font plus agressives, à la limite du Hard Rock. Le titre est contrebalancé par des choeurs qui adoucissent l'atmosphère mais la guitare revient sans cesse en remettre une couche. Le morceau est repris dans une version instrumentale plus rapide sur le CD 2. Démonstration de roulements de batterie signée Mike PORTNOY pour débuter The World We Used To Know. Une très longue intro musicale fait place à une superbe partie chantée et il y a toujours cette ligne de basse de Pete TREWAVAS absolument délicieuse. Ce morceau est magnifique et c'est dans ces moments là, lorsqu'ils sortent ce genre de mélodies, que j'apprécie le plus ce groupe.

Je ressens une influence PINK FLOYD dans l'intro de Love Made A Way, avec cette mélodie évanescente et planante. Il y a aussi des titres “plus faciles d'accès” comme Can You Feel It, avec un accent porté sur les parties chantées, ce qui n'empêche pas les musiciens d'assurer sévèrement. Je note encore l'intro syncopée de Owl Howl avec cette structure tellement prog et cette basse rampante à souhait ! Et puis cette intro au piano pour Solitude, un morceau lent avec un magnifique chant doublé. Que dire du sublime chant a capella qui débute The Sun Comes Up Today et qui file ensuite sur les terres de GENESIS. Et comment ne pas fortement penser aux THE BEATLES avec Rainbow Sky et ses oh oh oh très "poppy" !

Si le concert se termine par un medley des deuxièmes et troisièmes albums, ce n'est certainement pas un hasard. A ce niveau là, ce ne sont plus des titres mais des hymnes, avec des parties chantées à filer encore une fois le frisson. Il y a un solo de basse tiré du deuxième album à faire pâlir n'importe quel bassiste ! C'est bien simple, ce medley fait en quelque sorte office de rappel, ce moment où l'on dévoile ses plus beaux atours ! Pour terminer, je n'ai pas parlé de la prise de son, alors que dans ce type de musique, elle est fondamentale. Ne vous inquiétez pas, elle est aux petits oignons pour mon plus grand plaisir et tous les instruments sont bien identifiables !

TRANSATLANTIC tire sa révérence de la plus belle des manières. Il y a une telle somme de purs talents au service d'une musique qui se renouvelle sans cesse. Montez à bord de ce somptueux dirigeable, et, comme on dit, ce n'est pas la destination qui compte, mais le voyage. Alors, bonne route !

We All Need Some Light : cliquez ici

The Fina Medley : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Laudrome26 Le jeudi 23 février 2023

Ville : Romans sur Isére
très belle chronique, fouillée, passionné faite par un connaisseur...bravo !
Commentaire de JMM213 : Quand on aime,....Merci pour ta lecture Laudrome !
Rémifm Le mercredi 22 février 2023
Belle chronique pour un groupe vraiment impressionnant à tous les niveaux...
Commentaire de JMM213 : tu as tout résumé Remifm ! une telle maîtrise, c'est vraiment impressionnant
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
GALAHAD
Beyond the realms of euphoria
ARENA
Xx
VOID OF SLEEP
Metaphora
ARABS IN ASPIC
Magic of sin
TOMORROW'S EVE
Mirror of creation 3 - project ikaros
Chroniques du même auteur
WILDNESS
Resurrection
HOUSE OF SHAKIRA
Xit
SARAYASIGN
Throne of gold
THRESHOLD
Dividing lines
ARCTIC RAIN
Unity
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /