Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
THE ABBEY - Word of sin

Style : Metal
Support :  MP3 - Année : 2023
Provenance du disque : Reçu du label
9titre(s) - 53minute(s)

Site(s) Internet : 
THE ABBEY BANDCAMP
THE ABBEY INSTAGRAM
THE ABBEY FACEBOOK

Label(s) :
Season Of Mist
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 23/02/2023
Metal ésotérique et lumineux : le signe du porteur de lumière !
Décidément, ce début d’année 2023 s’avère faste et fertile pour le musicien finlandais Jesse HEKKINEN. Nous avons en effet déjà loué la qualité du dernier album en date de son projet Folk psychédélique ITERUM NATA (relire ici : cliquez ici). Actuel ou ex-musicien de HEXVESSEL, BENIGHTED IN SODOM, THE AEON, KING SATAN et d’autres encore, notre homme se lance dans un nouveau projet, baptisé THE ABBEY. De quelle abbaye peut-il bien s’agir ? La pseudo abbaye de Thélème, bien entendu. Non pas celle décrite par RABELAIS dans son Gargantua en 1534-35, mais bien la Thelema, qui trouva son siège temporaire dans une bâtisse sicilienne, cise sur les hauteurs du village de Cefalù, qui accueillit, en avril 1920 l’occultiste Aleister CROWLEY et quelques disciples (ils furent expulsés en 1923 par le régime fasciste).

Vaste programme que d’évoquer celui qui se qualifia ou fut à l’époque qualifié de Grande Bête 666, Maître Therion, Perdurabo, l’homme le plus malsain du monde, celui qui, élevé dans un protestantisme fondamentaliste, n’eut de cesse de se plonger dans l’ésotérisme afin d’y créer sa réaliser sa propre conception de la magie sexuelle (dénommée Magick). Adepte de la Golden Dawn d’abord, de l’Astrum Argentum et de l’Ordo Templi Orientis, l’homme était surtout soucieux de proposer sa propre vision ésotérique.

Afin d’illustrer musicalement cet épisode sulfureux dans la vie d’un personnage pour le moins controversé et haut en couleurs, Jesse HEKKINEN (guitare, chant, claviers) ne pouvait décemment pas se limiter à un genre musical unique et se devait de transcender genres, styles, repères, afin de se montrer à la hauteur de son modèle d’inspiration. Afin de rendre compte de l’emphase menant à la transcendance, rien de tel que la lourdeur et la lenteur du Doom Metal épique. Afin de donner vie au versant ritualiste, il fallait un versant vocal, tantôt féminin, tantôt masculin, mais surtout des chœurs et des harmonies, tout autant impérieuses que subtiles. Pour rendre compte de la complexité inhérente à l’ésotérisme, rien de tel que des structures mouvantes, basées sur un agencement de séquences successives, variant les rythmes, les tempos et les ambiances ; une sorte de logique progressive, en somme.

C’est là toute la réussite de ce premier album, qui s’avère proprement envoûtant et ambitieux, capable de concilier lourdeur métallique, ampleur chorale, clarté dans les accroches tant rythmiques que mélodiques, complexité relative des structures et des arrangements de claviers. On évolue pleinement dans un univers Metal, avec d’une part des riffs massifs adossés sur des plans rythmiques lourds et majestueux, mais aussi des solos de guitare incisifs et mélodiques, sans compter quelques parties acoustiques, tout à fait complémentaires. Mais on évolue tout autant dans une emphase sous contrôle, due aux claviers et aux chœurs et aux harmonies (les fans de GHOST peuvent sans problème affluer, la biographie citant même QUEEN, YES et ELECTRIC LIGHT ORCHESTRA, c’est dire !).

Même si le rôle de Jesse HEKKINEN s’avère central, il faut admettre qu’il a su s’entourer. A la batterie, puissante, souple et mobile, nous trouvons Vesa RANTA (ex-SENTENCED et THE MAN-EATING TREE). A la basse, pleine et ample, Henri ARVOLA. A la seconde guitare, Janne MARKUS, présent chez POISON BLACK, SWALLOW THE SUN, THE MAN-EATING TREE, SACRED CRUCIFIX. Au chant féminin, nous trouvons une chanteuse expérimentée, puisque passée dans les rangs de DEPRESSED MODE, COLLAPSE OF LIGHT, SHAPE OF DESPAIR, JONNE, PAARA : Natalie KOSKINEN. Laquelle assure son rôle de contrepoids complexe et varié au chant clair et médium de Jesse HEKKINEN.

Idéalement produit et mixé, ce premier album s’apparente pleinement à une exploration, tout aussi tortueuse que lumineuse, finalement révélatrice de la doctrine d’Aleister CROWLEY, foncièrement obscure d’un côté, visant une jouissance sexuelle universelle d’un autre côté. Nous tenons-là une véritable petite merveille, puissamment évocatrice comme du CANDLEMASS des années 80, alambiqué comme du KING DIAMOND, diablement porté par des vocaux divins comme chez GHOST ! La Magick sexuelle de CROWLEY opère à plein, la Bête 666 triomphe encore !!!

Vidéos de A Thousand Dead Witches cliquez ici, Starless cliquez ici et Widow’s Will cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Pumpkin-T Le mardi 7 mars 2023

Ville : MARSEILLE
Pur délice !
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
BEYOND THE STYX
Leviathanima
ATTRACTION THEORY
Principia
STARBREAKER
Love's dying wish
SEETHER
Isolate and medicate
THE MORGANATICS
We come from the stars
Chroniques du même auteur
GODZILLA IN THE KITCHEN
Exodus
GATEKEEPER
East of sun
DENIZEN
Troubled waters
REVELATION
For the sake of no one
HAMFERÐ
Men guðs hond er sterk
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /