Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
SERGEANT THUNDERHOOF - This sceptred veil

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  CD - Année : 2022
Provenance du disque : Acheté
9titre(s) - 68minute(s)

Site(s) Internet : 
SERGEANT THUNDERHOOF BANDCAMP
SERGEANT THUNDERHOOF FACEBOOK

Label(s) :
Pale Wizard Records
 (19/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 01/08/2023
Interdit de croiser le sergent sans le saluer
En août, l’actualité musicale est traditionnellement moins intense que le reste de l’année. J’en profite pour prendre mon temps, explorer un peu le passé proche et surtout reboucher un impardonnable trou dans les chroniques de Metal Intégral. L’absence dans nos pages d’un article relatif à This Sceptred Veil par SERGEANT THUNDERHOOF est un inexplicable oubli qui taraude ma conscience.

Bien sûr, cet album a déjà fait couler beaucoup d’encre l’an dernier, ne serait-ce que par sa première place au Doom Chart de juin 2022, et j’ai personnellement toujours beaucoup de plaisir à l’écouter. Il est intéressant de considérer une œuvre avec cette distance, après que soit retombée l’agitation ou la fièvre de l’actualité souvent porteuse de superlatifs disproportionnés nés dans le vortex des effets de buzz. Dans le cas de This Sceptred Veil j’ai le sentiment qu’aucun compliment et aucun qualificatif n’étaient usurpés.

Avec un an de recul un profond plaisir d’écoute associé à cet album s’est imprégné en moi. Comment décrire la musique de SERGEANT THUNDERHOOF ? Certes je pourrais me contenter d’y coller l’étiquette Stoner mais ce serait un peu court. En effet, je trouve que cet album, construit sur une base titillant les prémices du heavy metal, possède aussi un sens prononcé de la dramatique et des changements d’humeur négociés de manière très prog. N’oublions pas cependant les passages qui insufflent une certaine dose de psychédélisme, ni ceux qui construisent des ambiances doom monumentales.

Je pense que This Sceptred Veil a trois atouts majeurs en main : un parfait travail sur les guitares qui savent à la fois riffer d’une façon iommiesque et s’envoler dans des solos somptueux, une qualité bluffante des lignes vocales, autant sur la nature intrinsèque du chant que sur l’aptitude du chanteur à conduire sa mélodie avec clarté et détermination, et enfin un solide talent de composition. Trois atouts qui rendent les soixante-huit minutes de l’album indispensables.

Je ne trouve pas de grand défaut à cet album. Peut-être un mixage qui par moments laisse s’installer un léger bourdonnement parasite. Si je me souviens bien, c’est ce détail qui m’avait conduit à positionner Shadow Work de DRUIDS en N°1 (Lire ici.) devant This Sceptred Veil dans ma liste de votes au doomchart. D’un autre côté, j’entends tout à fait qu’un mixage trop limpide ou clinique, nuirait à la spontanéité de l’ensemble.

Selon sa sensibilité, chacun trouvera ses propres points culminants, et ses titres préférés. Moi, je vous le dis tout de suite, ce sont les deux derniers titres Avon & Avalon Part. 1 et Part. 2 qui me retournent avec leur groove lancinant, leur tempo lent, leurs jams splendides et sombres. Cependant, je ne peux pas passer sous silence Foreigner en raison de sa construction : un premier mouvement pétri de heavy metal volontaire et soutenu qui plonge, vers la huitième minute, dans les profondeurs du doom metal. Oh ! J’allais oublier Show Don’t Tell. Ce morceau me fait sourire car j’y entends en filigrane Jumpin’ Jack Flash des ROLLING STONES en version métal, ceci étant dit le pont psychédélique à partir de la troisième minute est excellent. Et puis, positionner ce morceau d’un rock plus enlevé à cet endroit, juste avant les deux titres de clôture tellement sombres, c’est un coup de génie.

Et voilà. Mieux vaut tard que jamais. L’erreur est réparée et ma conscience est bien plus légère depuis que j’ai écrit ce que je pensais de This Sceptred Veil. Cet album possède l’étoffe d’un futur classique qui mérite le respect, alors faites comme Metal Intégral : ne passez pas à côté plus longtemps sans l’écouter car il est interdit de croiser le sergent sans le saluer.

***


SERGEANT THUNDERHOOF est composé de :
- Daniel FLITCROFT, chant ;
- Marc SAYER, guitare ;
- Jim CAMP, basse ;
- Darren ASHMAN, batterie.

***


Extrait de This Sceptred Veil :
- Avon & Avalon : Cliquez ici !

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
OCCULT HAND ORDER
Silence by the raging sea
THE TEMPLE
Of solitude triumphant
DOMKRAFT
Sonic moons
TRACER
El pistolero
THE GUARDOGS
Beware of the dog
Chroniques du même auteur
PATERIKON
Under the mountains
CLINIC RODEO
Les nuits
X-WILD
Monster effect
DESERT WAVE
Deafening silence
OLD MAN WIZARD
Kill your servants quietly
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /