Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
SOLITARY SABRED - Temple of the serpent

Style : Epic Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2023
Provenance du disque : Reçu du label
10titre(s) - 38minute(s)

Site(s) Internet : 
SOLITARY SABRED WEBSITE
SOLITARY SABRED BANDCAMP
SOLITARY SABRED FACEBOOK

Label(s) :
Vinyl Store records
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 22/12/2023
Metal épique de première classe
Dès son premier album studio (cliquez ici), le groupe chypriote SOLITARY SABRED a reçu un franc soutien de la part de ce site. L’absence de relais promotionnel sur l’album suivant – Redemption Through Force (2014) – nous renvoie donc en 2020, à la parution de By Fire & Brimstone, extrêmement bien accueilli (cliquez ici). Après un doublé critique aussi prometteur, nous attendions avec une ferveur notoire ce quatrième album studio.

Après une introduction rampante, menaçante et grandiose, le groupe attaque bille en tête avec The Skeleton King, modèle de Power Metal épique plutôt rapide, avec riffs tranchants, section rythmique en pleine galopade et chant nerveux, ponctué de quelques poussées ponctuelles vers les hauteurs. Nous voilà d’emblée rassurés quant aux fondamentaux. Par la suite, le groupe va logiquement lever le pied en termes de tempo, sans rien perdre en mordant, rythmiquement parlant, surtout sans jamais oublier la nécessité de ne pas tomber dans le vulgaire Power Metal bas du front, bêtement orienté vers la percussion frontale.

Il s’agit d’entretenir un souffle épique et théâtral, tel qu’il fut insufflé au Heavy Metal au cours des années 80 par des formations comme IRON MAIDEN, MANOWAR, MERCYFUL FATE, VIRGIN STEELE, SAVATAGE, CIRITH UNGOL, GRIFFIN, WARLORD… Le tout combiné avec le Heavy Metal plus direct et plus directement impactant de JUDAS PRIEST et ACCEPT, bientôt augmenté en musculature via le Power Metal naissant (RUNNING WILD, JAG PANZER, SAVAGE GRACE, OMEN…). Le fait est que, tant sur le plan instrumental que vocal, SOLITARY SABRED n’accole pas ces références nombreuses et prestigieuses ; il les met au service de sa propre version, certes traditionnelle, mais pas servile, de ce Heavy-Power Metal, si splendidement animé.

L’essentiel de Temple Of The Serpent se trouve constitué de morceaux brefs, incisifs, bien que n’excluant aucunement des changements de tempo, de rythme et d’ambiance. Cela dit, en clôture d’album, SOLITARY SABRED a disposé deux compositions, Reaper Of Kur et Gates Of Namtar, dont les durées tournent autour des six minutes. Et, comme par hasard, il s’agit des deux pistes les plus aventureuses (dans le registre classique défini ci-dessus). Lenteur et pesanteur quasi-Doom pour le premier morceau ; après une introduction majestueuse, le second emprunte une piste plus dynamique, plus mid-tempo, mais tout aussi hypnotique et puissante.

Outre la capacité développée par SOLITARY SABRED à fusionner ses influences au sein de compositions impeccablement agencées et interprétées avec précision et passion, il faut souligner les qualités particulières des solos de guitare, étincelants de technicité et sens de la mélodie, d’une part, du chant versatile mais cohérent de Petros LEPTOS. Concernant les capacités splendides de ce dernier, vous pouvez vous référez au lien la chronique du précédent album, By Fire & Brimstone, dont le lien figure en tête de cette chronique. A ce stade, contentons-nous de réaffirmer que le bonhomme se montre capable d’égaler la hargne teigneuse d’un Rob HALFORD, l’ampleur dramatique d’un Bruce DICKINSON (de même que ses nuances dans les parties plus apaisées), ainsi que la force tellurique d’un Eric ADAMS (MANOWAR). Un grand bonhomme dans son domaine, inconstestablement.

De fait, loin d’être un événement secondaire, la parution de cet album permet à SOLITARY SABRED d’inscrire son nom dans la liste, étonnamment nombreuse et fertile des albums de Metal épique parus en 2023, et ce, aux côtés de noms forts comme SORCERER, VIRGIN STEELE, ON THE LOOSE, BLOOD CEREMONY, WYTCH HAZEL, CRIMSON DAWN, BLAZON RITE, GATEKEEPER, CIRITH UNGOL, THE ABBEY, ACID BLADE, AQUILLA et d’autres encore. Un bien prestigieux voisinage, il faut l’admettre.

Vidéo de Spectral Domain : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
PEGASUS
The epic quest
ATLANTEAN KODEX
The golden bough
GATEKEEPER
From western shores
ATLANTEAN KODEX
The white goddess
TY MORN
Istor
Chroniques du même auteur
THE MORNINGSIDE
Yellow
SKYSHIFT
No ground below
THUNDER AND LIGHTNING
The ages will turn
ETRUSGRAVE
Aita's sentence
WATCHTOWER
Control and resistance
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /