Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DOMKRAFT - Seeds

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
7titre(s) - 44minute(s)

Site(s) Internet : 
DOMKRAFT FACEBOOK
DOMKRAFT BANDCAMP

Label(s) :
Magnetic Eye records
 (17/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 07/05/2021
Sludge intense
Ce trio originaire de Stockholm est actif depuis le milieu de la décennie précédente et a sorti trois albums : The End Of Electricity (2016), Flood (2018) et aujourd'hui Seeds (plus deux Eps et un live). Avec toujours comme projet de développer un Sludge Metal certes épais, mais travaillé en profondeur par une approche psychédélique.
Et quand j'écris épais à propos du versant Sludge, je demeure assez loin de la réalité, tant, dès les premières minutes, on est est littéralement enseveli par le son de basse absolument colossal développé par Martin WEGELAND ! Les riffs du guitariste Martin WIDHOLM s'avèrent indéniablement farouches, massifs et crasseux – Sludge quoi ! - mais ils feraient presque pâle figure à côté des lignes de basse sourdes qui semblent vouloir occuper tout le spectre sonore.

Contrairement à de trop nombreuses formations de Sludge, de Doom ou de Stoner, cette épaisseur folle ne représente pas simplement un artifice extrême mais constitue le substrat sur lequel le guitariste peut poser ses digressions acides et psychédéliques. Vous aurez compris qu'il ne s'agit pas d'un psychédélisme charmant et pastoral, mais bien plutôt d'un psychédélisme grinçant, dont les motifs aux mélodies tordues ne progressent pas en ligne droite mais de manière sinueuse.

Il faut ajouter que, outre des fondations rythmiques telluriques, le soliste a le temps devant lui puisque le trio adopte à trois reprises des formats conséquents, au-dessus de huit et neuf minutes. D'où la sensation de longs trips paranoïaques, admirablement structurés par le jeu puissant mais riche et toujours en mouvement du batteur Anders DAHLGREN.

Dans cet environnement instrumental aussi intense, le chant prodigué par le bassiste doit céder le pas, le mixage lui assurant une place en retrait. Si les intonations hostiles et gutturales demeurent somme toute très classiques, on trouve appréciable les plages plus apaisées (Tremors, Dawn Of Man) ou les intonations plus mélancoliques (Into Orbit et son côté THE CURE sous radiations).

Même si pénétrer dans un album aussi intense n'est pas chose facile, on se plaît à effectuer ce voyage cauchemardesque mais si puissamment évocateur.

Vidéo de Dawn Of Man : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Pumpkin-T Le samedi 8 mai 2021

Ville : MARSEILLE
Exactement un album pour moi, ça. Cool ! Merci Alain pour la découverte.
Commentaire de Alain : Par contre, ne regarde pas trop la pochette, ça finit par faire mal aux yeux ! Bonne écoute.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
1000 MODS
Repeated exposure to...
SHADOWGARDEN
Ashen
IRON MAN
South of the earth
MARC URSELLI'S STEPPENDOOM
Steppendoom
THE SLAYERKING
Sanatana dharma
Chroniques du même auteur
OSTURA
The room
BULL TERRIER
Red dirt & zero gravity
VALIDOR
Dawn of the avenger
ONE MAN ARMY & THE UNDEAD QUARTET
The dark epic
NO GOOD ADVICE
From the outer space
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /