Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
IRONFLAME - Where madness dwells

Style : Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 39minute(s)

Site(s) Internet : 
IRONFLAME BANDCAMP
IRONFLAME FACEBOOK

Label(s) :
High Roller Records
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 02/07/2022
Heavy traditionnel mais tellement frais et vivace
En 2020, le troisième album de ce combo originaire de l’Ohio, Blood Red Victory (chez Divebomb records, cliquez ici), m’avait franchement conquis. Depuis ses débuts, le groupe emmené par le chanteur Andrew D’CAGNA ne prétend rien d’autre que pratiquer un Heavy Metal de tradition, ultra-classique, héritier des grandes heures de JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN ou ACCEPT (vous pouvez ajouter, au hasard, HELLOWEEN, LIZZY BORDEN ou RIOT à partir de 1993). Comme des centaines de groupes de par le monde, les uns singeant de manière fétichiste les plans et le son (défaillant) des années 80, les autres adoptant une approche plus musculeuse dans la production, assez proche du Power Metal. Encore une fois, avec Where Madness Dwells, D’ CAGNA - qui a par ailleurs enregistré, comme à l’accoutumée, tous les instruments, en plus de ses lignes de chant ! – parvient à restituer ses influences, sans que l’interprétation et la mise en son (production et mixage) ne sonnent passéistes. Au contraire, on retrouve encore une fois cette approche fraîche, vivifiante, au service de compositions concises, solidement charpentées.

Une fois de plus, on mesure l’efficacité jamais démentie de ces petits riffs secs et teigneux, on savoure le pouvoir attractif des plans de guitares jumelles et les solos aussi techniques que mélodiques, ces rythmiques de prime abord très simples et efficaces, soudainement animées par un changement de rythme ou de tempo. D’ailleurs, les huit compositions (à noter que la version CD en comporte deux de plus !) offre un panel varié, entre titres lents propices aux ambiances travaillées (essayez le rampant et poignant A Funeral Within), tempos médiums efficaces (Kingdom Of Lies, Everlasting Fire) et morceaux plus enlevés, redoutables à l’impact (Ready To Strike, Under The Spell), parfois propulsés par un souffle discrètement épique (The Phantom Flame). Une composition comme A Curse Upon Mankind alterne habilement des envolées frissonnantes et des séquences plus prosaïquement tranchantes, l’intérêt du tout résidant dans l’agencement dynamique des contrastes.

Impossible de ne pas réserver un chapitre particulièrement dédié au chant d’Andrew D’CAGNA. Evoluant dans un registre majoritairement clair et médium, le bonhomme est capable de moduler sans recourir à de pénibles acrobaties démonstratives, entre intonations plus graves et montées plus hautes, avec parfois de moments de crispations plus rauques. Sur le splendide et martial titre éponyme, il est objectivement difficile de ne pas penser aux prestations de Bruce DICKINSON datant du 21ème siècle : quelle maîtrise, quelle maestria !

Nous sommes bien d’accord que Where Madness Dwells, pas plus que ses trois prédécesseurs (ni même les nombreux successeurs que l’on espère) ne vont révolutionner le Heavy Metal. Cependant, si je devais faire découvrir le Heavy Metal à un.e novice, je préférerais donner à écouter Blood Red Victory ou Where Madness Dwells, plutôt que les derniers albums respectifs de JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN ou ACCEPT. Dans le cas présent, on saisit à pleins sens la passion électrisante qui anime ce genre musical et qui suscite une dévotion d’acier chez un public sans cesse renouvelé au fil des décennies. Oui, j’ose affirmer que les derniers albums d’IRONFLAME sont référentiels, sans pour autant être pionniers ou novateurs. Le Heavy Metal, c’est ça, c’est IRONFLAME !

Vidéo de Kingdom Of Lies : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Alain Le vendredi 29 juillet 2022
Je connais déjà SPIRIT ADRIFT et je ne doute pas de me régaler avec leur prochaine offrande !
Pumpkin-T Le dimanche 3 juillet 2022

Ville : MARSEILLE
Très bon album. Eh! j'veux pas vendre la mèche avant de l'avoir tuée, mais dans un genre similaire, en août, il va nous sortir un SPIRIT ADRIFT que tu m'en diras des nouvelles. (Fais comme si j'avais rien dit parce que c'est pas très poli de parler des bons restos quand on est au resto.)
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
HERZEL
Le dernier rempart
BATTLE BEAST
Circus of doom
DEAN WALLACE
Metal family
UNZANE
Justice is our cradle promo
DENNER/SHERMANN
Masters of evil
Chroniques du même auteur
OLD MAN'S WILL
Old man's will
ZERO DOWN
Larger than death
REXOR
… for glory and freedom
NARNIA
Soli deo gloria – 25 years compilation
DARK SUNS
Orange
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /