Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
RED MOURNING - Flowers & feathers

Style : Metal
Support :  CD - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
10titre(s)

Site(s) Internet : 
RED MOURNING BANDCAMP
RED MOURNING INSTAGRAM
RED MOURNING FACEBOOK

Label(s) :
Bad Reputation
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 06/10/2022
Rencontre magistrale entre la rouille urbaine post hardcore et la boue du blues
Quand on arpente de fort longue date la sphère Metal, au sens très large du terme, on prend acte des mouvements évolutifs successifs. Adepte du Hard & Heavy depuis la fin des 70’s, j’ai accueilli avec vigilance, acuité et gourmandise les vagues successives qui ont impacté les legs primordiaux de LED ZEPPELIN (Hard Blues) et de BLACK SABBATH (Heavy Metal, tour à tour teinté de Jazz Blues et de progressif). Dans cette désormais vaste perspective, les membres de RED MOURNING émargeaient initialement plutôt aux registres du Hardcore et du Post Hardcore. Depuis leurs débuts, les activistes de RED MOURNING se sont pleinement employés à ne jamais renier leurs racines, tout en cheminant obstinément vers d’autres horizons. Pour ma part, je ne prétends pas être un fin connaisseur de la discographie de RED MOURNING, l’ayant suivi de loin en loin, de manière non systématique.

Néanmoins, découvrir RED MOURNING dans la plénitude de son développement artistique, à l’occasion de son cinquième album, permet d’aborder le cas avec un regard totalement neuf. Ce que j’avais eu l’occasion d’écouter auparavant situait RED MOURNING dans une mouvance Post Hardcore talentueuse mais force est d’admettre que je découvre avec Flowers & Feathers un groupe en pleine transition.

Certes, il demeure d’impérieux repères du substrat initial (labelisé au choix Post Hardcore ou Metalcore) : section rythmique qui monte à l’assaut, guitare écorchée vive, vocaux au bord de la rupture. Dans ce registre, il est difficile de prendre RED MOURNING en défaut, tant le groupe s’avère rude à l’impact ! Cela dit, on comprend très vite que le groupe ne saurait se résumer à cet exercice de style, entre brutalité et déchirement. Partant de là, si l’on ne veut pas marquer une cassure avec son propos originel, le défi consiste à préserver la charge émotionnelle brute (se situant franchement du côté difficile, voire problématique, de la psyché humaine). Basé sur de solides bases Hardcore acquises de longue date, ce versant dynamise dangereusement l’album, imposant des pics d’intensité magnifiquement maîtrisés.

Outre un versant instrumental intraitable, appuyé par des vocaux déchirés, RED MOURNING assume ostensiblement une tendance plus subtile, quoique tout aussi poignante. D’ailleurs, le groupe mythique et précurseur en matière de Post Hardcore et de Post Metal, NEUROSIS, a de facto généré des projets solos incroyablement plus dépouillés, mais tout aussi torturés. Pas besoin à ce stade de passer par des projets solos, puisque RED MOURNING parvient sans encombre à injecter dans son Post Hardcore virulent et déchirant de larges doses d’éléments exogènes.

RED MOURNING revendique en effet un penchant évident pour le Blues primordial du Delta du Mississippi. Les points communs entre ces deux univers a priori fort distincts ? La douleur et la souffrance existentielles, l’individu puissamment taraudé par ses tourments psychiques et par l’oppression sociale. Et, pour le coup, RED MOURNING ne fait pas les choses à moitié. Car on ne vous parle pas là de vagues arrangements bluesy ponctuels et exotiques, mais bien d’une écriture et d’une expression profondément ancrées dans le Blues, côtoyant un univers singulièrement plus brutal, néanmoins parfaitement raccord. En effet, que les éléments Blues soient embarqués au cœur de compositions orageuses ou qu’ils occupent la première place (parfois même en mode dépouillé et acoustique, la classe !), ils s’imposent comme des marqueurs identitaires, à parité avec les caractéristiques nettement plus volcaniques décrites ci-avant.

A l’arrivée, nous tenons un album rayonnant de pulsions ravageuses, qu’elles soient électriques ou acoustiques, foncièrement urbaines ou au contraire ancrées dans la vase du bayou. Le chant peut se faire viscéralement colérique ou bien se fondre dans des harmonies vocales splendides. Les guitares peuvent tour à tour produire des riffs rudes à déboiter des mâchoires ou des plages franchement plus aérées et mélodiques. A travers cette ambitieuse architecture sonore, RED MOURNING franchit un cap avec ce cinquième album, voguant, je l’espère, vers des formats toujours plus aventureux.

Vidéos de The Coming Wind : cliquez ici et Flowers & Feathers : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
HELLRYDER
The devil is a gambler
FIVE FINGER DEATH PUNCH
And justice for none
LAST PREY
Another way
ALLURE OF STELLAR
Azimuths
MARILYN MANSON
Holy wood (in the shadow of the valley of death)
Chroniques du même auteur
SUPERLYNX
Electric temple
DJIIN
Mirrors
BRANDY AND THE BUTCHER
Lucky foot
NOCTUM
The seance
ZOMBIE MOTORS WRECKING YARD
Supersonic rock'n'roll
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /