Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
HEKSEGRAV - Svart portal

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2024
Provenance du disque : Reçu du label
3titre(s) - 28minute(s)

Site(s) Internet : 
THE LASTING DOSE RECORDS BANDCAMP
HEKSEGRAV INSTAGRAM

 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 05/06/2024
Doom grunge funeral tryptique béni
Projet d’un seul homme, Garm (connu comme Sebastian FISCHBECK, bassiste au sein du groupe ÅND), HEKSEGRAV livre un premier album à la durée restreinte (inférieure à la demi-heure) mais riche de trois compositions dont des durées s’étalonnent entre le raisonnablement conséquent (six minutes pour Sirkel, 7’30 pour Glød) et le franchement imposant (Råte dominant le tout du haut de sa durée titanesque d’un quart d’heure). Nous sommes bien d‘accord que le simple critère de la durée a de longue date prodigué des rendus absolument insupportables de répétitivité, de prétention et de fatuité, même sous les dehors austères des multiples déclinaisons du Doom Metal.

Car, afin de complexifier l’équation, le projet revendique des étiquettes, certes non antagonistes, pourtant fort rarement conjuguées. Adoubons illico la revendication d’appartenance à la florissante et sinistre école du Doom Metal : lenteur du tempo, lourdeur des rythmiques, chant clair, médium et puissamment modulé (quoique selon une élocution singulièrement laconique, presque désincarnée). On évolue peu ou prou sur le territoire du Doom épique.
Pourtant, dès cette affirmation, on se doit de souligner la crasse insigne de certains riffs, les lignes de basse grondantes, certaines parties vocales rauques, caverneuses et écorchées, le tout introduisant immanquablement une dimension Sludge, particulièrement oppressante.

Enfin, tous ces ingrédients, combinés à des arrangements de synthés, ainsi qu’à la lancinance et au rendu rythmique colossal et répétitif, évoque les mânes du Funeral Doom, avec néanmoins plus de variété dans les ambiances et dans les interprétations, tant instrumentales que vocales.

Empruntant le chemin exigeant de la longueur, réussissant à combiner la lourdeur épique du meilleur Doom Metal avec la crasse fangeuse du Sludge, pouvez-vous me dire en quoi HEKSEGRAV n’a pas pleinement réussi son examen d’entrée, en dépassant amplement les espoirs ?!

Vidéos de Sirkel cliquez ici
, de Glød cliquez ici
et de Råte cliquez ici
.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
STONE FROM THE SKY
Songs from the deepwater
CORRUPTION
Devil's share
SORCERER
Lamenting of the innocent
ROTE MARE
Serpents of the church
WIJ
Przeklęte wody
Chroniques du même auteur
PATRÓN
Patrón
STICKY BOYS
Calling the devil
BOAR
Poseidon
SLOMATICS
Canyons
SAMAVAYO
Dakota
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /