Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
MOUNDRAG - Hic sunt moundrages

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  CD promo - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
5titre(s) - 41minute(s)

Site(s) Internet : 
MOUNDRAG BANDCAMP
MOUNDRAG FACEBOOK
MOUNDRAG INSTAGRAM

Label(s) :
Dionysiac Records
 (18/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 15/10/2022
Folles percussions et furie organistique
Mon premier contact avec MOUNDRAG n’a pas eu lieu via l’EP éponyme de 2019 mais grâce au live enregistré en marge des Trans Musicales de Rennes pour KEXP* et révélé au printemps 2020. À la base, être déniché par la fameuse radio était déjà plutôt bon signe mais la visualisation de la session a achevé de me transformer en fan. Dans cette captation d’un peu plus de 20 minutes (soit le poids approximatif d'un gallinacée mutant pan-dimensionnel), le duo est débordant d’énergie – la connivence et le bonheur de jouer rayonnent.
*(Je vous cloque le lien en bas d’article.)

Aussi, attendais-je la sortie de l’album long avec impatience mais également avec une pointe d’inquiétude car la formule hors norme choisie par le duo n’est pas sans risque. Précisons à ceux qui découvrent MOUNDRAG que le groupe est composé de Camille à l’orgue et de Colin à la batterie – point barre. La question de pouvoir faire du rock sans guitare et de remplir l’espace sonore avec un line up aussi minimaliste peut légitimement se poser.

Baignés tout petits dans la musique et le spectacle - folkore irlandais, cabaret, violon, trombone et guitare, du côté maternel, ou jazz manouche et accordéon du côté paternel – les deux frères sont, selon la formule consacrée, des enfants de la balle. Ceci étant, c’est durant leurs dix ans d’expérience au sein de SMOOTH MOTION que les deux jeunes paimpolais affutent leur art et modèlent une esthétique résolument orientée vers le heavy prog et le proto-metal teintés de psychédélisme, si caractéristiques de la fin des 60s - début des 70s. La vibe des bretons me semble héritée (pêle-mêle) de DEEP PURPLE, BADGER, ATOMIC ROOSTER, THE NICE, HURIAH HEEP, YES, etc. Cernez-vous l’engin ?

Zoomons sur l’actu : Hic Sunt Moundrages. Le titre détourne la formule latine hic sunt dracones qui signalait sur les cartes antiques la frontière du monde connu (là où sont les dragons). Il s’agit donc bel et bien d’un voyage en terre inconnue, en terre de légendes et de poésie, où le bien et le mal s’affrontent dans une société qui, in fine, nous rappelle la nôtre. Au-delà des paroles, la plus magistrale illustration de ce combat (très nuancé !) est la lutte qui oppose, autant qu’elle unit, l’orgue aux percussions. La dualité non manichéenne trouvant son poli final grâce aux voix harmonisées des deux frères.

Pour attiser la curiosité de son public, MOUNDRAG a déstocké les deux premiers titres en singles : The Hangman et Demon Race. Le premier possède cet effet de précipitation qui émanerait par exemple d’un Deep Purple In Rock. Le second, plus inquiétant, impute les dérèglements climatiques et sociétaux à une course démoniaque qui fera de notre planète un enfer... à moins que l’amour et la clairvoyance n’en décident autrement.

La troisième plage, The Creation, est un vrai petit conte d’horreur durant lequel la musique éveille de nombreuses images cinématographiques. Heureusement, Shade In The Night viendra contrebalancer le maléfique titre précédent par son hypertrophie mélodique - un très joli slow assorti d’une dramatique épique.

- « Et avec ça ? J’vous en remettrais pas une tranche, ma p’tite dame ? »
La ménagère acquiesce et là, malicieux, le MOUNDRAG lui colle La Poule dans son cabas. 20 minutes bien pesées, la bestiasse ! La p'tite dame a de quoi cuisiner une face B pour quatre personnes au bas mot. Voilà ce qui a minima justifie l’illustration de couverture mais pas seulement. Le volatile mutant pan-dimensionnel dit, La Poule, est à lui seul une véritable fresque de rock progressif en cinq mouvements, enluminée de trois poèmes chantés.
Dans ce titre-fleuve, MOUNDRAG expose toute la richesse de son univers aussi singulier que délicieux. J’en resterai là pour la description au risque d’y passer encore trois pages. Toutefois, une question me taraude l’esprit : Mr Laurens HAMMOND avait-il imaginé dans les années 30 que son orgue servirait un jour à imiter une poule ? L’histoire ne le dit pas et pourtant Camille le fait ! Il y a là quelque chose de divin : « Que le poulet soit ! Et le poulet fut » comme auraient très bien pu le chanter Bon SCOTT, Dieu, ou le patron de KFC.

Mes amis, je ne voulais pas vous faire peur dès mon second paragraphe, d’où cet euphémisme : « une pointe d’inquiétude ». La réalité est que je balisais à mort parce que la formule MOUNDRAG est carrément casse-gueule. Aussi est-ce avec un soulagement non dissimulé que je puis vous annoncer que les frangins, par la qualité des compositions, par leur maîtrise instrumentale et par leur évident charisme ont relevé haut la main le défi du premier LP réussi - Ouf !
Cet album confirme tout le bien que je pensais du duo et peut-être marque-t-il la naissance d’un groupe avec qui il faudra compter.

***


MOUNDRAG est composé de :
- Camille ‘Organ Furry’ GOELLAËN DUVIVIER, claviers, chant ;
- Colin ‘Dr Mad Drum’ GOELLAËN DUVIVIER, batterie, chant.

Sont également invités :
- Coco BROWN, la voix douce sur Shade In The Night.
- Goudzou, basse sur Demon Race et The Creation.
Ah oui, une dernière parenthèse. Le cinquième mouvement de La Poule s’intitule Komodor et Goudzou est le bassiste-chanteur du groupe KOMODOR. Tiens, tiens ? Simple coïncidence ? Pas vraiment, je crois qu’il faut voir dans ce titre un hommage à leurs cousins avec qui MOUNDRAG partage un projet commun sous le nom de KOMODRAG AND THE MOUNODOR, mais ceci est une autre histoire.

Et la pochette de l’album ?
Nous la devons à une artiste « psychédélique », Tao ASTIER VASSART : Cliquez ici pour en voir plus !

***


Extraits de Hic Sunt Moundrages :
- The Hangman : Cliquez ici !
- Demon Race : Cliquez ici !

Le fameux Live on KEXP de MOUNDRAG enregistré le 4 décembre 2019 à La Chapelle by le Studio in Rennes:
- Cliquez ici !

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Alain Le samedi 15 octobre 2022
Jon LORD n'est pas mort, la preuve !
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
RUSH
Time machine 2011 : live in cleveland
DREAMSCAPE
Revoiced
COMPASS
Theory of tides
SHADOW GALLERY
Digital ghosts
AKPHAEZYA
Anthology iv (the tragedy of nerak)
Chroniques du même auteur
FLYING FORTRESS
Ep 2023
HEEZER
1er ep
WILDFIRE
Wildfire
SPIRIT ADRIFT
20 centuries gone
DOCTOR SMOKE
Dreamers and the dead
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /