Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
PACHIDERMA - Il diavolo, la peste, la morte

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
4titre(s) - 33minute(s)

Site(s) Internet : 
PACHIDERMA BANDCAMP
PACHIDERMA FACEBOOK

Label(s) :
Argonauta
 (14/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 22/12/2021
Stoner sludge instrumental vraiment bizarre
Autant vous prévenir d’entrée de jeu, on va ici se risquer sur le bizarre, on va quitter les sentiers balisés, les terrains connus, les repères risquent fort de s’estomper. PACHIDERMA est un projet qui vit le jour en 2017 sous l’impulsion d’un batteur et d’un bassiste qui, se trouvant fort aise en leur compagnie réciproque, décidèrent de se passer d’autres complices. Tout juste un troisième larron est-il mentionné pour les visuels… pas banal ! Une basse, une batterie, pourtant il ne sera pas question de Bass’n’Drums mais d’une sorte de Stoner Sludge instrumental, tout autant porté sur les ambiances glauques que sur les montées en pression puissantes.

Le batteur peut se contenter de marquer laconiquement le tempo, pour mieux intensifier son jeu et exploser toms et cymbales dans une orgie paroxystique. Suivant un schéma analogue, la basse va se faire tendue et dépouillée, austère et sévère, pour mieux se saturer massivement et délivrer des lignes massives, grondantes, grasses et sales. Dans les abcès les plus intenses, le duo parvient à délivrer une ébauche de groove sinistre qui ferait presque sonner NIBIRU et UFOMAMMUT comme des esthètes légers !

Hormis une intro de plus de trois minutes, les trois morceaux principaux - qui reprennent pour titres chacun une partie de l’intitulé de l’album (inspiré par les films d’Ingmar BERGMAN, pour les cinéphiles égarés) – s’avèrent être des gabarits plutôt massifs, affichant des durées excédant respectivement sept, neuf et douze minutes. Avec une formule instrumentale aussi dépouillée, on pourrait craindre un côté répétitif, avec une bonne grosse lassitude qui s’installe. D’autant plus que les tempos demeurent globalement lents…

PACHIDERMA le bien nommé tente de contourner le problème à injecter des doses massives de bruitages et d’extraits sonores de films, principalement des dialogues, majoritairement en italien. On nage en pleine série B, voire Z, avec un effet patent sur les atmosphères franchement lugubres. En somme, le procédé s’avère efficace et expressif, quoiqu’un tantinet systématique. Avec sa pochette volontairement amateur, son style austère, son évocation d’un univers cinématographique de seconde zone, cet album, disponible en format vinyle chez Argonauta et en digital et CD sur leur Bandcamp, pourrait faire l’objet d’un culte restreint auprès de certains.

Vidéo de Il Diavolo : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Alain Le jeudi 23 décembre 2021
Comme la note en témoigne, je n'ai pas été totalement convaincu, peut-être parce que l'usage des extraits de films - procédé éculé de fort longue date - sonne de manière trop systématique et attendue. En tout cas, content que cela inspire des jeux de mots, heu, aventureux.
Pumpkin-T Le mercredi 22 décembre 2021

Ville : MARSEILLE
Autre fait amusant, ce pachyderme italien nous vient de Bari. Dommage qu'il n'y ait qu'un seul R. lol Alors que les français d'Elefant Talk viennent eux de Chant-barri.
Pumpkin-T Le mercredi 22 décembre 2021

Ville : MARSEILLE
Ah, ah, ah ! Même moi j'ai hésité à chroniquer cet album lors de sa sortie le mois dernier, pourtant les trucs zarbis ne me font pas peur. Je crois que cet album touche les limites de la notation globale. PACHIDERMA va ravir les fans de sludge et heavy psych qui pourraient te lyncher s'ils voyaient ce 14/20. Dans le genre, ce groupe fait une sacrée recherche sur leur esthétique et crée vraiment quelque chose de fort. Après, je suis bien conscient qu'ils sont sur une niche et qu'on est à 1000 lieues du mainstream. Personnellement j'ai beaucoup aimé. J'ai pensé à mes savoyards préférés d'ELEFANT TALK, qui avec un line up similaire (et un nom qui n'est pas si éloigné de PACHIDERMA) sort un album diamétralement opposé que j'aime énormément. Sinon, le disque vinyle est épuisé (c'était un tirage limité en vinyle jaune) mais rassurez-vous l'album est toujours dispo en CD sur le bandcamp du groupe.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
POISONBLACK
Drive
ASH AND COAL
Legacy
GRASS
Fresh grass
PALE HORSEMAN
For dust thou art
TITANOSAUR
Absence of universe
Chroniques du même auteur
AMBUSH
Firestorm
ATTIC
Sanctimonious
CONDENADOS
A painful journey into nihil
NEVERSIN
The outside in
VARIATIONS
Nador
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /